Réchauffement climatique: 90 milliards CFA pour lutter contre l’érosion côtière au Togo

Un plan de lutte contre le réchauffement climatique et l’érosion côtière bénéficiera d’un financement de 90 milliards CFA du Togo et de ses partenaires.

Selon le ministère de l’Environnement, le  gouvernement vient de mettre un plan d’action de lutte contre l’érosion côtière qui sera financée à hauteur de 90 milliards CFA. Le plan d’action met à contribution le gouvernement togolais, la Banque mondiale et la France.

Il est partie d’un plan d’action globale de lutte contre les effets du réchauffement climatique sur les côtes de l’Afrique de l’Ouest et qui vise à aider ces pays côtiers  à une gestion durable de leur façade maritime. Ce programme sur les zones côtières de l’Afrique de l’Ouest (WACA) a été lancé par la Banque mondiale en 2015.

Il vise à mieux intégrer les infrastructures et la gestion des ressources naturelles en vue d’améliorer la résilience côtière au changement climatique. Grosso modo, il s’agit d’endiguer  le niveau de la mer en renforçant un peu plus les côtes.

Chaque année, le Togo perd cinq mètres de côte

Le plan d’action devrait aider à faire face à un  large éventail de défis tels que l’érosion côtière et les inondations, la surexploitation des ressources naturelles, les pollutions marine et côtière, l’urbanisation rapide, et l’utilisation non durable des terres.

Les pays côtiers subissent de plein fouet le réchauffement climatique qui entraîne une hausse du niveau de la mer et partant l’érosion des côtes. Le changement climatique, le développement des infrastructures non durables, la gestion inadéquate des habitats et des ressources naturelles et la pollution menacent la productivité des écosystèmes côtiers. Ceci a un impact considérable sur les populations côtières.

Au Togo, les côtes se retirent de 5 mètres en moyenne chaque année. Et les importantes pertes de côtes s’aggraveront avec la montée du niveau de la mer. Les 90 milliards annoncés pour lutter contre l’érosion côtières sont-elles suffisantes ? A cause de la faiblesse des ressources, l’Afrique est le continent qui subit le plus les effets du réchauffement climatique.

 

Avatar
A propos Komi Dovlovi 835 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire