Malawi : La police veut interroger l’ex-président Peter Mutharika

Peter Mutharika, ex président du Malawi

Les médias malawites ont rapporté mardi que l’ancien président, Peter Mutharika, bientôt 80 ans, fait l’objet d’une enquête pour corruption présumée et sera “interrogé” par la police. Il a quitté ses fonctions en juin dernier.

Selon un journal, M. Mutharika, qui aura 80 ans samedi, est soupçonné d’avoir abusé des privilèges présidentiels en important une cargaison de ciment d’une valeur d’environ 7 millions de dollars sans payer la douane.

Lundi, le garde du corps de l’ancien président, Normal Chisale, avait été arrêté dans le cadre de cette affaire que les médias malawites surnomment désormais “cement-gate” (scandale du ciment).

L’affaire tourne autour des provisions de la loi nationale sur les privilèges du président, the Presidents (Salaries and Benefits) Act.

La loi permet au président en exercice d’importer des marchandises sans payer la douane pourvu que ces marchandises soient destinées à un usage personnel. Or, selon les allégations, l’ex-président aurait revendu le 1,2 million de sacs de ciment importés.

Ce qui pourrait être interprété comme une violation de la loi fiscale et un abus d’autorité présidentielle. Déjà, un fonctionnaire du service des impôts est détenu pour son rôle présumé dans cette affaire, selon Nyasa Times.

D’après le quotidien Times of Malawi, le Bureau de lutte contre la corruption (ACB) a récemment ouvert de nombreuses enquêtes sur des abus de pouvoir et des cas de corruption présumés visant d’anciens hauts fonctionnaires depuis la prestation de serment du nouveau président le 28 juin. Reyneck Matemba, chef de l’ACB, soutient que ces enquêtes sont motivées par des dénonciations citoyennes sur les réseaux sociaux.

Une théorie qui est loin de convaincre l’ancien parti au pouvoir, le Parti démocratique progressiste (DPP). Pour ses dirigeants, il s’agit de poursuites motivées par des calculs politiques visant à intimider la nouvelle opposition.

M. Mutharika a été élu en 2014. En 2019, il a été réélu, mais les tribunaux ont annulé les résultats de l’élection en raison d’irrégularités massives et au final il a perdu une nouvelle élection quelques mois plus tard, le 23 juin dernier.

Le Temps avec Afp

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 1064 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Laisser un commentaire