RD Congo: Nouveau pari risqué pour Edem Kodjo

L’ancien Premier Ministre togolais Edem Kodjo, facilitateur de l’Union Africaine pour le dialogue politique en RDC, vient de convoquer les acteurs politiques congolais pour le démarrage du dialogue politique. Cette initiative fait suite à l’annonce par le gouvernement de la libération de certains prisonniers politiques. L’opposition menée par Etienne Tshisekedi annonce une opération “ville morte” pour mardi prochain.

Edem Kodjo a pris sa décision après que le ministre de la Justice ait annoncé la libération de vingt-quatre prisonniers politiques. Le gouvernement a pris cette mesure pour décrisper le climat politique à l’approche du dialogue national, mais aussi pour accéder à l’une des exigences de l’opposition politique. Pour le Togolais Edem Kodjo, l’obstacle majeur a été levé pour le démarrage du dialogue intercongolais:

«Je suis heureux de constater qu’un effort extrêmement substantiel a été fourni. Je vous prie Monsieur le ministre [de la Justice] de pouvoir accepter mes sincères remerciements. Je voudrai que ces remerciements aillent aussi au chef de l’Etat qui a reçu, il y a 48 heures, les jeunes de la LUCHA et a promis que ces jeunes seront libérés. Je vois dans la liste que tous ceux qui concernés sont libérés. Il est d’ores et déjà clair que ces préalables-ci ayant été levés, le dialogue commencera dès la semaine prochaine»

Mais l’opposition congolaise ne voit pas les choses de cette manière. Elle vient de qualifier de “provocation”, l’initiative du diplomate togolais. Selon les opposants congolais membres de la coalition “Le Rassemblement”, seuls quatre (04) prisonniers politiques sur une centaine auraient été libérés. Sa réaction ne s’est donc pas fait attendre:

Le facilitateur Edem Kodjo n’est pas au bout de ses peines. On se rappelle qu’il avait déjà tenté de convoquer les parties au dialogue, et avait été récusé par l’opposition qui l’a accusé de roulé pour le président Kabila. Mais Edem Kodjo a été soutenu par une partie de la classe politique, de la société civile et de la communauté internationale.

L’opposition congolaise n’est pas véritablement unie et une frange de partis politiques seraient prêts à prendre part aux travaux du Comité préparatoire du dialogue. Ainsi le tour de passe d’Edem Kodjo aurait non seulement la bénédiction de la majorité présidentielle, mais aussi le soutien du président Dénis Sassou Ngosso du Congo Brazzaville, superviseur (occulte) du dialogue politique en RDC. Edem Kodjo aurait effectué vendredi dernier un voyage express à Brazzaville pour se concerté avec celui-ci.

Dans cette mission en RDC, Edem Kodjo n’est pas en situation confortable; loin s’en faut. Le fait qu’une grande partie de l’opposition le rejette comme facilitateur rend les choses plus difficiles. Certaines personnes s’étonnent que le Togolais donne l’impression de s’accrocher à la fonction, au risque de compromettre la recherche rapide d’une solution à la vraie crise politique en RD Congo.

Josephine Bawa

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 881 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire