Alternatives pour adapter l’agriculture aux changements climatiques

Plusieurs acteurs de développement des ministères, des organisations paysannes étaient en assises les 19 et 20 avril à Lomé, afin de restituer les conclusions des formations sur l’adaptation de l’agriculture aux changements climatiques et formuler des projets d’investissement. Ces assises participent au projet de «renforcement des capacités des pays d’Afrique de l’Ouest pour l’intégration des changements climatiques dans les politiques agricoles et la formulation des projets d’investissement»

La CEDEAO à travers l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) est l’initiatrice. L’atelier vient restituer les conclusions des formations déroulées à Dakar en novembre 2015 et à Abidjan en février 2016 mais discuter aussi les drafts de projets élaborés à l’issue d’une rencontre de concertation des acteurs sur les changements climatiques tenue à Tsévié. Trois drafts dont « la mise à l’échelle des technologies éprouvées d’agriculture intelligent face au climat : cas du Système de Riziculture Intensif (SRI) au Togo», le «projet de relèvement du niveau de résilience des acteurs vulnérables de la production maraîchère au Togo» et le «renforcement de la résilience de groupe de femmes dans la production, la collecte et la transformation des produits forestiers non ligneux (karité, néré, baobab) et la protection des sites parcs agro forestiers de ces espèces à valeur économique pérennes» sont passés en revue.

Selon les conclusions des rencontres de Dakar et d’Abidjan, chaque pays membre de la CEDEAO devrait monter des projets sur l’adaptation de l’agriculture face aux effets pervers du changement climatique en vue d’atténuer le phénomène dans la sous-région.
Le Temps/ATOP

Avatar
A propos Emilie ORONG 745 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire