Tchad : Mahamat Deby proclamé vainqueur de la présidentielle avec 61% des suffrages

Le maréchal Mahamat Idriss Deby

Le général Mahamat Deby vient d’être proclamé vainqueur de la présidentielle du  6 mai dernier avec 61% des suffrages, ses supporters et les Forces de défense et de sécurité  sont en train de tirer en l’air pour fêter la victoire.

Pourtant dans la journée, peu avant la proclamation des résultats provisoires par la Commission électorale, le Premier ministre Succès Masra se  déclare vainqueur du scrutin. Selon lui, un « petit nombre d’individus »  mettaient  tout était mis en œuvre pour voler la « victoire du peuple » et faire gagner le camp de la minorité. La commission électorale le crédite pourtant de 18% des voix.

Principal challenger du général Mahamat Deby, Succès Masra avait quelque peu perdu de son aura après les négociations secrètes qui ont abouti à sa nomination comme chef d’un gouvernement d’un gouvernement de transition militaire. Ses détracteurs l’accusaient de trahison.

Cependant il restait populaire auprès des masses au regard de la forte mobilisation populaire autour de sa campagne.  Sa défaite risque d’amoindrir sa voilure et le reléguer comme beaucoup d’opposants dans la marginalité.

Une élection qui ne va rien changer au destin  du pays

Ce scrutin met fin à la période transition après la mort au front du maréchal Idriss Deby Itno, dans  des circonstances mystérieuses. Si le Tchad connaît quelque peu la stabilité avec le régime des Deby, une paix basée sur la violence, le pays n’est pourtant pas à l’abri d’une instabilité chronique. La mauvaise gestion des ressources pétrolières attisent des convoitises et suscitent des rebellions régulières.

Avant-dernier pays des pays de la Zone CFA en termes de budget, le Tchad demeure un pays pauvre très endetté, confronté à l’insécurité et aux rebellions en tous genres. La pauvreté et la vulnérabilité sont omniprésentes au Tchad, avec 42,3 % de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté national. La guerre civile au Soudan affecte le fragile équilibre sociopolitique après la mort du maréchal Deby, avec l’accueil de plus de 600 000 réfugiés en provenance du Soudan, de la République centrafricaine et du Nigéria.

L’imposante armée ethnocentrique serait gage de stabilité grâce à une paix militaire  et la violence que les Zaghawas, l’ethnie imposante de l’armée, exercent sur la population.

L’issue du scrutin n’est guère surprenant, au regard de la forte influence de l’armée dans la vie politique. Les populations se contenteraient de cette « victoire » du général Deby, tout en espérant le calme au sein de la population.

Les dernières manifestations à l’appel de Succès Masra avaient suscité des répressions sauvages ayant entraîné la mort de plus deux centaines de civils.

 

A propos Komi Dovlovi 1067 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*