Plusieurs activités pour marquer l’apothéose de la Journée internationale de la fille

Jeune filleL’apothéose de la 3ème édition de la journée internationale de la fille a été marquée le jeudi 23 octobre à Lomé, par la remise des prix aux lauréats du concours d’appel à projets relatifs à la promotion de la culture de l’excellence académique couplée de la présentation d’un documentaire sur les violences faites aux filles.

Observée chaque 11 octobre, cette édition placée sous le thème « Renforcer les capacités des filles, briser le cycle de la violence » a été marquée par des sensibilisations dans des établissements scolaires à Lomé et à l’intérieur du pays. La journée tente de valoriser la jeune fille et à lutter contre les violences faites à la gent féminine.

Les activités sont à l’actif des ministères de la Promotion de la Femme, de la Sécurité et de la Justice avec la collaboration des partenaires techniques et les ONG de protection et promotion des droits des filles. Elles ont permis d’encourager les populations victimes et leurs familles, à dénoncer les auteurs des violences en vue de lutter efficacement contre ce fléau.

Concernant le concours d’appel à projets, sur 97 dossiers issus de la société civile, 5 lauréats ont été choisis soit un par région. Chaque dossier a reçu 2millions de FCFA pour exécution de son projet en lien avec l’excellence académique et la lutte contre les violences faites aux filles et aux femmes.

Le documentaire prévu mettait en exergue les violences physiques, psychologiques sexuelles, verbales et économiques ainsi que les conséquences traumatiques, les grossesses non désirées et précoces, les accouchements à risque et les IST/VIH/Sida qui y découlent.

Au cours de ces séances, il a été rapporté publiquement qu’une étude réalisée en 2010 sur la prévalence des violences basées sur le genre dans les ménages à l’encontre des filles de 9 à 18 ans a révélé 62.5% de cas de violences physiques, 91.9% pour celles psycho-morales et 5.5% pour les violences sexuelles. Pour cela un programme national de lutte contre les grossesses et les mariages forcés a été élaboré pour contribuer au renforcement de l’éducation de la jeune fille. La lutte contre les violences faites aux femmes quant à elle, est réglementée par le code de l’enfant et la loi portant interdiction des mutilations génitales féminines. Le Temps/ATOP/DHK/BV

Avatar
A propos Colombo KPAKPABIA 1061 Articles
Colombo Kpakpabia est Directeur de publication du journal Le Temps. Il capitalise plus de 20 ans d'expérience dans la presse écrite et audiovisuelle. Colombo axe son travail sur la recherche et l'efficacité. Contact Email: colombock@gmail.com

Laisser un commentaire