Les syndicats universitaires ont suspendu leur appel à la grève

Le SNES et le SEST, les deux syndicats universitaires, ont annoncé la suspension de leur appel à la grève qui devait prendre effet à compter de ce 15 juillet. Des négociations en cours avec le gouvernement sont à la base de la surséance du débrayage.

Les syndicats ont exprimé «la bonne foi en la volonté manifestée par le gouvernement de trouver des solutions durables à l’ensemble des problèmes posés », selon un communiqué issu d’une assemblée générale tenue le 12 juillet  dernier par les syndicats.

Les revendications des syndicats portent sur l’amélioration des conditions de vie et de travail, essentiellement la revalorisation des salaires et des retraites ainsi que le recrutement du personnel enseignant.

Il s’agit d’ une revalorisation  de 15% sur les salaires de base et 25% sur les indemnités et les primes que le gouvernement a promis d’intégrer au titre de l’exercice budgétaire 2019.

Intégration automatique des enseignants contractuels

De même, «la prise en compte de la situation salariale actuelle dans le calcul des pensions des enseignants qui partent à la retraite» fait partie des doléances. Les syndicats exigent en outre l’intégration  «automatique» des enseignants contractuels  du supérieur admis sur une liste du Conseil africain et malgache de l’enseignement du supérieur (Cames).  Ils demandent aussi l’adoption d’un texte réglementaire en vue de l’intégration de ces contractuels dans la Fonction publique.

Cette mesure doit être étendue de même aux enseignements de l’Ecole normale supérieure d’Atakpamé, indiquent également les syndicats.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 836 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire