Opposition togolaise: Arc-en-ciel ne marchera pas le 26 Avril

La marche du 26 avril pour exiger un dialogue politique sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles, est une initiative unilatérale du CST, a laissé entendre  Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, lors de son passage ce matin sur Radio Victoire FM. Par conséquent, la Coalition Arc-en-ciel ne participera pas à cette marche de l’opposition contre le pouvoir, à la veille de la célébration du 27 avril.

La Coalition Arc-en-ciel ne participera donc pas à cette manifestation. Selon Mme Adjamagbo-Johnson, première responsable de la CDPA, la Coalition Arc-en-ciel avait demandé de faire le bilan des actions avant d’entreprendre d’autres démarches.

Nous ne sommes as associés à cette initiative. Mais je dois dire que nous avons eu des discussions avec le CST (…) après la rencontre avec le Premier ministre. Et il s’est fait que tous les leaders de partis n’étaient pas présents. Il était question qu’on se retrouve entre responsables de partis pour que les deux structures fassent un bilan du chemin parcouru et envisagent ensemble des perspectives et voit comment aborder ensemble la lutte, a-t-elle expliqué.

En parlant de bilan, la première responsable de la CDPA entend surtout parler des manifestations gigantesques communes du CST et de la Coalition Arc-en-ciel  en 2012 et 2013 qui n’ont pas donné satisfaction aux revendications.

1 marche

Prudente, Mme Adjamagbo-Johnson ne critique pas pour autant la marche, « pourvu que [leurs] efforts ne se contredisent pas ». La coalition Arc-en-ciel a fait récemment une proposition sur le mandat présidentiel, portant précisément sur le mandat du président Faure Gnassingbé.

Le CST, principale force de l’opposition au Togo, voudrait amener le pouvoir à accepter un dialogue intertogolais sur les réformes constitutionnelles et institutionnelles. Le CST voudrait empêcher le président Faure Gnassingbé de rempiler pour un troisième mandat, contrairement aux dispositions de la constitution qui l’y autorise. La classe politique est divisée sur le cadre de ce dialogue. Le gouvernement fort de sa majorité à l’Assemblée nationale, voudrait que les débats se tiennent à l’Assemblée nationale.

Soyez le premier à commenter

Vos commentaires sur l'article