Covid-19: Soupçons autour de la reprise des vols d’Air France à destination de l’Afrique francophone

Air France reprend le programme de ses vols à destination de l’Afrique, et sera à Lomé les 15 et 16 juin prochains.

La compagnie française a annoncé la reprise de ses activités, après le vote par le parlement français des nouvelles règles sanitaires régissant l’aviation.

Cette reprise coïncide avec celle de nombreuses compagnies aériennes européennes, plusieurs semaines après le gel des activités économiques pour cause de covid-19.

Elle se produit après le constat d’une baisse de la propagation du nouveau coronavirus, suite au confinement et à l’arrêt presque total des activités économiques.

Cependant, Air France déploie le calendrier de ses vols commerciaux vers l’Afrique alors que les frontières aériennes sont encore fermées dans l’espace francophone.

Le Togo a interdit son aéroport aux vols à provenance des pays à risques le 11 mars puis étendu la mesure à tous les pays à partir du 20 mars.

L’information tombe alors que les autorités togolaises n’ont pas encore annoncé la réouverture des frontières aériennes, ni étudié les conditions de son éventualité. Par contre, le parlement français a voté une loi portant mesure de mise en quarantaine de tout voyageur en provenance des zones hors Union Européenne.

Or, si la France s’appuie sur la  régression de la covid-19 pour décider de la reprise des vols commerciaux,  le virus est plutôt en nette progression sur le continent où il s’est déclenché tardivement; les premiers cas viennent d’ailleurs de voyageurs en provenance d’Europe. Ainsi, par exemple, le Togo connaît depuis quelques jours une augmentation exponentielle des cas confirmés, passant de 116 à 181 cas en l’espace de dix jours. Il en est de même dans de nombreux pays africains faisant craindre les sombres prévisions de l’OMS sur l’Afrique.

En outre, par le passé, les autorités ont fait preuve de laxisme dans la gestion des voyageurs venus d’Europe. La mesure d’auto-confinement avec contrôle par des agents de la police deux fois par jour n’a pas convaincu quant à son efficacité. Bien de voyageurs au Togo et en Afrique sont passés sous le radar.

Injonction de l’Elysée ?

La reprise prochaine des vols d’Air France à destination de l’Afrique et du Togo peut susciter alors quelques inquiétudes. Elle peut paraître d’ailleurs comme un diktat des autorités étatiques françaises à leurs ex-colonies.

Les compagnies aériennes subissent actuellement de grosses turbulences, et certaines pourraient ne pas se relever. A cause de l’épidémie de coronavirus, Air France-KLM a perdu des milliards d’euros, et le groupe annonce en interne un vaste plan de réduction d’effectifs. Elle a perdu 95% de ses activités et pourrait perdre encore 80% au prochain trimestre, selon Europe 1. La situation peut empirer puisque le train risque de remplacer  à moyen terme l’avion sur les vols intérieurs voire dans l’espace européen.
Le fait qu’Air France-KLM réalise ses plus grosses marges sur l’Afrique francophone, pourrait l’avoir décidée à reprendre ses vols vers le continent.

Une position certes compréhensible mais qui ne tient pas compte de la réalité de la crise sanitaire sur le continent. Alors une telle décision, sans déclaration officielle de la part des autorités des pays francophones, n’a pu être possible que grâce à une injonction des dirigeants français aux pays du pré carré.

Certes, les compagnies africaines, dont la togolaise Asky, sont quasiment dans la même situation et souhaite rapidement une reprise des activités économiques. Mais il est difficile de faire un programme de reprise des activités dans un tel environnement d’urgence sanitaire.

Un environnement pourtant favorable à Air France.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 958 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire