Ghana: Les autorités annoncent avoir déjoué un complot de déstabilisation de la présidence

Nana Akufo-Addo, le président du Ghana

Le complot, déjoué grâce à la collaboration étroite de trois services, vise la présidence et a pour objectif la destabilisation du pays.

Dans  le communiqué rendu public, trois personnes, des civils, ont été arrêtées à la suite d’une opération. Plusieurs armes ont été également saisies. L’attaque  qui visait à « destabiliser le pays » était préparée  depuis juin et aout 2018, selon les autorités.

15 mois de surveillance et de collecte de preuve sur les activités des principaux suspects, ont permis de mettre la main sur les « putschistes ». C’est à la suite d’un contact suspect.

Selon les autorités ghanéennes, l’un des suspects « a contacté un certain nombre de militaires en service et leur a parlé pour les convaincre d’élaborer et d’exécuter un complot visant à obtenir des armes, à prendre le contrôle d’installations clés et à obtenir des fonds en vue de prendre le pouvoir », peut-on lire dans le communiqué. Parmi les membres du « commando » qui s’apprêtait à basculer le Ghana dans son passé lointain, il se trouve Ezor Kafui, un fabricant d’armes locales. Les deux autres suspets civils arrêtés sont Dr Frederick Yao Mac-Palm, considéré comme le cerveau, et Bright Allan Debrah Ofosu (aka BB or ADC).

Depuis 1992, le Ghana est l’un des pays les plus stables d’Afrique de l’Ouest, après avoir connu plusieurs années de trouble à la suite du coup d’Etat ayant déchu le président Kwame Nkruma, le père de l’indépendance. Cela lui vaut de l’admiration partout dans le monde, pour l’organisation d’élections régulières, transparentes et démocratiques. Mais la quiétude peut abriter quelques fois des cellules dormantes de rébellion. Et c’est ce qui vient de se passer au Ghana.

En dépit d’une croissance macroéconomique forte, l’économie ghanéenne ne satisfait qu’une minorité et laisse une majorité de pauvres. L’économie qui a bénéficié ces dernières années du pétrole a-t-elle créé des convoitises chez certains au point de planifier un coup d’Etat ?

Eklou de Badj

Avatar
A propos Komi Dovlovi 867 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire