Akinwumi Adesina candidat pour se succéder à la BAD

Ce vendredi 14 juin 2019 à Malabo en Guinée Equatoriale le nigérian Akinwumi Adesina a annoncé sa candidature pour un second mandat à la tête de la BAD.

« Avec humilité, je me présenterai pour continuer ce que nous avons commencé. Je suis très conscient de la lourde responsabilité qui reste »,  a déclaré Akinwumi Adesina à la fin des travaux de la 54ème Assemblée annuelle de la BAD autour du thème, « l’intégration régionale pour la prospérité économique de l’Afrique ». En motivant sa candidature, il a insisté sur sa « passion pour l’Afrique » et a défendu son mandat écoulé.

« Nous avons connecté 16 millions de personnes qui ont accès à l’énergie, 70 millions de personnes ont accès à la technologie, à travers le secteur privé 9 millions de personnes ont eu accès aux financements, 57 millions de personnes ont eu accès au transport amélioré et enfin 31 millions de personnes ont eu accès à l’eau potable et à l’assainissement », a mentionné le président de la BAD. Aussi a-t-il énuméré les cinq priorités (High 5) de la BAD qui sont « éclairer l’Afrique, nourrir l’Afrique, industrialiser l’Afrique, intégrer l’Afrique et améliorer la qualité de vie des populations ».

Déjà en  avril dernier lors d’un discours à Abidjan, Akinwumi Adesina a défendu son bilan devant les ambassadeurs. Il avait déclaré que la Banque africaine de développement ne s’est jamais bien portée ces trois dernières années. Au nombre des résultats, il a souligné que la BAD a facilité l’année écoulée l’accès à l’électricité de 4,4 millions de personnes grâce à son initiative « Éclairer l’Afrique et l’alimenter en énergie ». Aussi avait-il précisé que  plus de 8,5 millions de personnes ont pu accéder à des technologies améliorées dans le domaine agricole.

Toutefois Akinwumi Adesina n’est pas à l’abri des critiques. Ses détracteurs lui en veulent pour sa réforme de l’institution. « La BAD n’est pas une maison de retraite où on peut y passer 30 ans, nous avons initié des contrats de performance sur trois ans », a-t-il répondu à l’Association des fonctionnaires internationaux ivoiriens. Ces derniers ne cachent pas leur mécontentement après le départ du Vice-président Albert Kakou.

En campagne pour sa propre succession, c’est à  l’issue des 55èmes assemblées annuelles de la BAD qu’on saura si Akinwumi Adesina est reconduit à la tête de l’institution panafricaine. La rencontre est prévue pour se tenir l’année prochaine en Côte d’Ivoire.

EKLOU de Badj

Laisser un commentaire