La BAD exclut deux entreprises nigérianes pour pratiques frauduleuses

Les deux entreprises, Beulah Universal Link Resources Limited et Bluestream Systems and Device Limited sont sanctionnées pour  déformation de leurs qualifications dans le cadre d’un projet d’aménagement urbain.

Le Groupe de la Banque africaine de développement annonce l’exclusion de Beulah Universal Link Resources Limited pour 36 mois et Bluestream Systems and Device Limited pour 12 mois. Les deux entreprises sanctionnées sont enregistrées en république du Nigeria.

Une enquête menée par le Bureau de l’intégrité et de la lutte contre la corruption de la Banque a établi que Beulah Universal Link Resources Limited et Bluestream Systems and Device Limited se sont livrées à des pratiques frauduleuses dans le cadre de leur offre conjointe présentée dans le cadre du projet d’amélioration de l’approvisionnement en eau potable et de l’assainissement en milieu urbain, mis en œuvre dans l’état de Oyo au Nigeria. Lors de leur participation à un appel d’offres pour les contrats de construction et de réhabilitation de réservoirs d’eau, ces entreprises ont déformé leurs qualifications pour l’obtention de ces contrats.

Pendant cette période d’exclusion, ces entreprises ne seront pas éligibles à l’adjudication de marchés financés par la Banque. En outre, l’exclusion de 36 mois de Bluestream Systems and Device Limited pourrait faire l’objet d’une exclusion croisée par d’autres banques multilatérales de développement en vertu de l’Accord de reconnaissance mutuelle des décisions d’exclusion, notamment la Banque asiatique de développement, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque interaméricaine de développement et le Groupe de la Banque mondiale.

Le projet d’amélioration de l’approvisionnement en eau potable et de l’assainissement en milieu urbain est financé par le Fonds africain de développement, une entité du Groupe de la Banque africaine de développement.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 940 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire