Je souhaite faire encore (!) quelques suggestions aux combattants togolais authentiques de la liberté, Par Godwin Tété

“Les caïmans du marigot ont appris à manier le lexique du pluralisme, de la transparence et de la « bonne gouvernance »… pour mieux s’affranchir de ses effets” Vincent Hugeux

En 2012, aux CNRS ÉDITIONS, Paris, le politologue français Vincent Hugeux a publié une brochure intitulée “Afrique : le mirage démocratique “. À la quatrième page de couverture de cet opuscule, l’auteur a résumé, de manière on ne peut plus pertinente, ses observations, sous la forme de l’épigraphe qui précède ici.

Oui ! Ce qui apparaît à l’heure actuelle en Afrique, en règle générale, c’est que des roitelets post et néocoloniaux ont appris, bien appris (!) les idées-maîtresses, les principes fondamentaux, les tenants et aboutissants majeurs de la démocratie tels que définitivement (!) consacrés par la Grande Révolution de 1789. Mais si ces roitelets ont bien appris les leçons, ce n’est nullement pour les mettre au service de leurs peuples, c’est plutôt bel et bien pour mieux leur tordre le cou !!! En d’autres termes, Vincent Hugeux a plus que raison.

Dès lors, il convient que nous, combattants africains de la liberté, adaptions notre STRATÉGIE à celle desdits roitelets. Et, dans le cas singulier du Togo, je voudrais me permettre encore (!) de suggérer ce qui suit.

          1. « FAIRE FEU DE TOUT BOIS » !!! Qu’est-ce à dire ? Cela veut dire se saisir de chaque turpitude, de chaque ineptie, de chaque incartade du régime éculé RPT/UNIR pour DÉSHABILLER (!) ce dernier.

          2. Adopter résolument (!) le conseil sacro-saint proclamé par le grand stratège en la matière, à savoir : « L’ANALYSE CONCRÈTE D’UNE SITUATION CONCRÈTE » (Vladimir Ilitch Lénine).

          3. En l’occurrence, en date du 15 mai 2019, l’ANC (Alliance Nationale pour le Changement) a soumis, à la Cour Constitutionnelle du Togo, un recours en annulation, protestant contre les soi-disant « réformes » votées par l’ « Assemblée nationale » fabriquée par le biais de la parodie d’ « élections législatives » du 20 décembre 2018. L’ANC a soumis ce recours en annulation en raison du fait que cette « Assemblée » ressort évidemment (!), notoirement (!), hautement (!) ILLÉGITIME (!!!), car 10 à 15 % du corps électoral ne sauraient représenter légitimement le Peuple togolais.

Bien sûr, les suppôts du RPT/UNIR rétorquent : « Ils (les opposants) n’avaient qu’à ne pas boycotter les « élections » du 20 décembre 2018 ! ». Mais aucun peuple au monde ne boycotte un scrutin pour le simple plaisir de boycotter. Notre boycott du 20 décembre 2018 est né de ses circonstances concrètes, de ses tenants et aboutissants réels, des visées inavouables et inavouées véritables du régime intéressé. Notre boycott du 20/12/2018 est né de notre refus de cautionner ce qui est indubitablement “incautionnable”. C’est dire qu’il se justifie pleinement !

Alors, notre recours en annulation étant rejeté – comme nous devrions nous y attendre – je propose de le transformer en PÉTITION NATIONALE à organiser de façon systématique, à faire signer par tous les Togolais qui aspirent ardemment à l’ALTERNANCE et au CHANGEMENT sur la Terre de nos Aïeux. Et ce, aussi bien au bercail qu’à tous les niveaux de toute la DIASPORA togolaise.

          4.  Il appert INDISPENSABLE (!!!), autant que faire se peut, que l’ “UNITÉ D’ACTION” préside à chacune de nos actions salvatrices.

*  *  *

Très chers combattants togolais de la liberté,

Du courage !

Du courage !!

Du courage !!!

Paris, le 15 juin 2019

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 878 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire