Mali: au moins 134 civils ont été massacrés à Ogossagou par des miliciens dogons

Massacre de civils à Ogossagou : la milice Dan na Amassagou pointée du doigt

Hassan Dicko (le nom a été changé) a dû enjamber les corps et les soulever pour pouvoir les compter. Ce samedi 23 mars, dans ce qu’il reste du village d’Ogossagou, au centre du Mali, ce responsable humanitaire malien est face à une horreur qu’il dit n’avoir encore jamais vue. Des corps sans tête, d’autres jetés au fond d’un puits et des amas de chaires noires, brûlées vives. Les mots lui manquent et les larmes coulent :

« Ils n’ont épargné personne. Ils ont tout brûlé avec de l’essence et tué tout ce qui bougeait encore avec des armes militaires. »

Selon les Nations unies, au moins 134 personnes ont été massacrées et une cinquantaine d’autres blessées, dans ce village largement habité par des civils appartenant à l’ethnie peule. Selon l’association de défense des Peuls Tabital Pulaaku, la majorité était des femmes et des enfants.

Beaucoup avaient trouvé refuge dans ce village après avoir déjà fui d’autres affrontements intercommunautaires qui ont fait plus de 500 morts en 2018 dans le centre du Mali, selon l’ONU. Ces conflits, en escalade permanente depuis deux ans, opposent principalement des miliciens appartenant aux ethnies peule et dogon. Au départ, il s’agit essentiellement de litiges terriens, mais les attaques meurtrières des uns ont précipité les ripostes des autres, plongeant cette partie du pays dans une spirale de vengeance qui revêt de plus en plus un caractère ethnique, tandis que la zone est un terrain d’action privilégié des groupes terroristes, au Mali.

La milice Dan na Amassagou pointée du doigt

L’attaque n’a pas été revendiquée. Mais pour les représentants de la communauté peule, il n’y a aucun doute :  le massacre a été perpétré par le groupe Dan na Amassagou (« Les chasseurs qui se confient à dieu », en langue dogon), une milice réputée alliée du gouvernement malien. 

« Ce n’est pas la première fois que Dan na Amassagou a tenté d’attaquer ce village. La semaine dernière, cette milice a déjà voulu s’attaquer à Ogossagou. J’ai appelé des contacts qui les ont dissuadé », affirme Sékou Allaye Bolly. 

« Vendredi, à la veille de l’attaque, les membres de cette milice étaient en réunion dans la ville de Bankass », précise-t-il. 

Contacté par Jeune Afrique, le chef de la milice Dan na Amassagou, Youssouf Toloba, n’a pas donné suite. 

Avec Le Monde et Jeune Afrique

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 881 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire