L’actualité vue par Le Temps du Togo

Baromètre des médias du Togo, entre stagnation et régression

Après 2010 et 2013, l’UJIT publie un nouveau rapport, baromètre…

Tunisie: les forces armées pas infiltrées par les terroristes

Une étude réalisée en Tunisie révèle que 46% des personnes…

RDC : Les Etats-Unis opposés à un système de vote électronique

Les Etats-Unis se sont opposés lundi au recours à un…

L’entreprise ESMC démarre ses activités de production commune

Une plateforme de production commune vient de voir le jour…

Kidnapping contre rançon : le récit d’un braquage de fourgon

La jeune femme de 22 ans, otage, a été recueillie…

Ellen Johnson Sirleaf, première femme lauréate du prix Mo Ibrahim

L’ancienne présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, a été désignée 5ème…

Egypte : Une danseuse russe arrêtée pour une vidéo en tenue…

Une danseuse orientale russe va être expulsée d'Egypte après la…

RCA : Munitions et drogue dans un camion d'un sous-traitant de…

De la drogue et des munitions d'armes ont été découvertes…

RDC : des patients poignardés sur leur lit d'hôpital à Goma

Douze patients ont été poignardés dimanche sur leur lit d'hôpital…

Campagne de transhumance 2018 lancée sur des appels au calme

Les différents acteurs autour de la transhumance se mobilisent pour…

RDC : Washington sanctionne un général et trois chefs miliciens

Les Etats-Unis sanctionnent financièrement un général congolais et trois chefs…

Catastrophes naturelles : deux organisations mutualisent pour assurer l’Afrique

L’ONU et l’ARC mutualisent pour accroître la couverture d'assurance paramétrique…

Kinshasa: Le prêtre Sébastien Yebo arrêté samedi, a été libéré

Le prêtre catholique Sébastien Yebo arrêté samedi à Kinshasa (RDC),…

Côte d’Ivoire: Chasse aux cartes SIM vendues dans la rue

La Côte d’Ivoire est en guerre contre les cartes SIM…

RDC : Kabila désignera son "dauphin" en juillet

Le porte-parole du gouvernement de RDC, Lambert Mende, a confirmé…

«Semons les graines de paix en milieu scolaire», dixit Ouvriers…

Semons les graines de paix en milieu scolaire est un…

La fonction publique togolaise organise la sécurité sociale

La sécurité sociale togolaise est en voie d’actualisation des outils…

Mali : Un Casque bleu togolais victime d’un accident de la…

Les autorités togolaises ont annoncé lundi la mort le week…

Pour ses 45 ans au Togo, la BOAD renforce ses…

La Banque Africaine de Développement ((BOAD) prépare ses 45 ans…

Vers une hausse de l’impôt foncier en 2018 en Côte…

La Cote d’Ivoire va revoir à la hausse l’impôt foncier…

RDC : Le cardinal Monsengwo dénonce “une prison à ciel ouvert“

“Que n’avons-nous pas vu ? Déjà la veille, le 20…

Boxe : Suspension levée pour Azaad Kélani Bayor

Le Président de la confédération africaine de boxe est de…

Sécurité alimentaire : l’ANSAT achète 80 tonnes de maïs aux producteurs

La campagne nationale 2018 d’achat des céréales a débuté par…

«Tu me traites de dictateur, je te traite de jihadiste»

Dans un post sur sa page facebook, l’ancien candidat à…

Des observateurs de l'ONU "menacés et molestés" à Kinshasa

Des observateurs des Nations unies ont été "menacés et molestés…

Nigeria : Muhammadu Buhari probable absent du prochain scrutin

Le Président nigérian Muhammadu Buhari a déclaré en fin de…

Validation d’un plan d’actions technologiques pour le développement durable

Le ministère de l’environnement et les partenaires sont parvenus à…

Francophonie, l’écrivain Alain Mabanckou rejette l’offre d'Emmanuel Macron

La réponse de Alain Mabanckou est NON. Le président Macron…

Suppression des taxes douanières sur les équipements TIC annulée

L’expérience de la suppression des taxes douanières sur les terminaux…

Découverte d'explosifs et début d'enquête au Ghana

Des individus ont été appréhendés lundi à Accra en possession…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Réformes constitutionnelles par voie parlementaire: les jeux sont faits!

La session extraordinaire de l’Assemblée Nationale convoquée par le gouvernement Klassou sous prétexte d’étudier le projet de révision constitutionnel tourne déjà à un marché de dupe. Après avoir été ajournée mardi la première session a été suivie par la conférence des présidents de commission tenue hier. A cette occasion le Président de l’institution M. Dama Dramani s’était engagé à ce que la séance de ce jour soit consacrée au sujet qui préoccupe l’opposition démocratique. Mais rien n’y fit!

L’opposition a claqué la porte de l’Assemblée

La session annoncée pour ce jeudi 14 septembre selon les engagements de la veille devrait permettre « l’enrôlement en procédure d’urgence » du projet de loi du gouvernement sur la révision de la constitution. Mais l’ordre du jour qui a été présenté ce matin aux députés ne comportait aucun point sur cette attente. La majorité UNIR a préféré plancher sur la loi de finance. Dépités, les élus des partis de l’opposition (ANC, ADDI, CAR, Sursaut Togo) rejoints par ceux de l’UFC ont vite fait de décamper. En claquant la porte de l’Assemblée, ils ont voulu montrer à leurs collègues de la majorité qu’ils ne sont pas prêts à se laisser faire, quant à la priorité du moment, celle des réformes politiques et constitutionnelles.

Et le fait de voir les députés de l’UFC rejoindre leurs (anciens) camarades de l’opposition est un signe qui devrait inquiété le pouvoir UNIR.

Lire également: La session parlementaire aussitôt ouverte est ajournée

UNIR joue à nouveau

Nouveau dédain des députés du parti au pouvoir, rébellion contre le gouvernement ou simple jeu politique? L’attitude des députés d’UNIR ce matin montre que le régime n’est pas encore prêt à faire les réformes réclamées par l’opposition. Lors du conseil des ministres tenus mercredi dernier, le gouvernement avait décidé de procéder à la révision des articles de la Constitution relatifs à la durée du mandat président et au mode de scrutin. La convocation de l’Assemblée pour la session parlementaire était présentée comme une mesure d’accalmie, visant en même temps à faire droit aux revendications de l’opposition (et de la population).

Lire aussi: Réforme constitutionnelle: Jeu de dupes à l’Assemblée nationale

Déjà en 2014, les députés de la majorité avaient eu le même comportement en rejetant un texte soumis à leur vote à la suite des négociations entre leur majorité et l’opposition. Ce qui était considéré à l’époque comme une comédie, consacrait la résistance des faucons du régime à toute réforme politique susceptible d’affaiblir le pouvoir UNIR dans les urnes.

Le plan caché du pouvoir UNIR

L’opposition s’est montrée incisive après son embellie populaire dans les rues à partir du 19 Octobre. Elle a commencé à réclamer le départ de Faure Gnassingbé, une exigence apparue à l’issue des manifestations des 6 et 7 Septembre qui ont drainé dans les rues de Lomé et d’autres villes des centaines de milliers de personnes. Mais en envoyant ses députés à l’Assemblée cette semaine, l’opposition avait joué à la prudence, pour ne pas laisser le pouvoir manipuler le processus à sa guise. Mais alors, que cache le refus d’UNIR de discuter en urgence de la loi sur la révision constitutionnelle?

On sait que la Commission des réformes présidée par Awa Nana-Daboya a remis le 8 septembre son rapport au Président Gnassingbé. En plus d’un projet de réformes constitutionnelles « par voie parlementaire », la Commission avait également proposé un projet d’une « nouvelle constitution », sans qu’on nous eût dit par quelle voie celle-ci serait examinée.

Lire également:  La Commission des Réformes a rendu son rapport avec une nouvelle constitution

Les nouveaux développements montrent que l’Assemblée nationale ne devrait pas jouer un principal rôle dans le schéma du pouvoir. Si les députés enrôlaient le projet du gouvernement, il n’est pas sûr qu’ils allaient trouvé un consensus. Déjà l’opposition reproche au texte proposé de ne pas être conforme à celui de 1992, au sujet du nombre maximum de mandat. En effet la phrase: « En aucun cas, nul ne peut faire plus de deux mandats » aurait été opportunément élaguée du projet gouvernemental. Ainsi donc, l’Exécutif lui-même aurait dressé le lit pour la discorde!

Si l’Assemblée devient hors-jeu, un boulevard serait ouvert pour le pouvoir afin d’organiser un référendum constitutionnel, avec le texte qui’il lui plairait de présenter au peuple. Et puisque UNIR est foncièrement contre les réformes démocratiques, on ne serait pas surpris de voir ce parti brandir sa nouvelle constitution. Cette dernière aurait l’avantage indu d’inaugurer une nouvelle République, et donc ferait de Faure Gnassingbé un candidat neuf, malgré les 3 mandats (15 ans de pouvoir en 2020) qu’il a déjà consommés.

La crise politique ne fait que commencer et les deux parties en présence ont plus d’un tour dans leur sac. Et le désarroi au sein de la population à Lomé comme dans le reste du pays ne fait qu’augmenter. La drôle de médiation entamée hier par la CEDEAO est loin d’avoir cerné le nœud gordien du mélodrame politique togolais.

K. Agboglati & Joséphine Bawa

1990 Vues totales 2 Vues ce jour
(Visited 166 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter