Fermeture de Sikka Tv : Lourde condamnation de la la Haac pour abus d’autorité

Le président de la Haute autorité de l'audiovisuelle et de la communication du Bénin

La justice béninoise montre son indépendance en condamnant une institution comme la Haac à plus de 50 millions CFA pour fermeture abusive de Sikka Tv.

En novembre 2016, la Haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication (Haac), institution républicaine béninoise de régulation des médias, ferme Idéale Production, société productrice de Sikka TV. Cette dernière est  une télévision critique à l’égard du nouveau gouvernement de Patrice Talon. Le président béninois est arrivé au pouvoir depuis quelques mois et la turbulente société béninoise ne lui offre aucun état de grâce.

Dans le collimateur de la Haac : l’émission 100% Bénin de Sikka Tv. La Haac prend donc une décision en pleine tourmente de l’affaire Sébastien Ajavon, du nom d’un homme politique et d’affaires accusé de trafic de 18 Kg de cocaïne trouvés dans les conteneurs. Et Sikka Tv appartient à Sébastien Ajavon!

L’affaire sent certes le souffre mais l’interpellation puis la détention de l’homme d’affaires et rival du président Talon n’était pas dans les formes. Une situation qui n’a pas échappé à certains médias qui ont eu maille à partir avec les autorités.

La Haac intervient alors pour peut-être aider le pouvoir politique en fermant certains médias, dont Sikka Tv.

Le Tribunal de première instance de Cotonou vient de rendre, ce lundi 22 mai,  un verdict plein de bon sens en condamnant la Haac pour « fermeture abusive de Idéal Productions, partenaire de Sikka Tv ».  La Haac devra payer 50 millions CFA à Sikka Tv.

Juste séparation des pouvoirs

Le juge ordonne également l’ouverture immédiate de la société Idéale Productions , sous peine d’une astreinte financière de 10 millions CFA par jour.

La justice béninoise vient de montrer une fois encore la réalité de la séparation des pouvoirs dans ce pays. Par le passé, les juges de la  Cour Constitutionnelle du Bénin ont fait preuve d’une grande indépendance à l’égard du pouvoir exécutif en rendant les verdicts des élections présidentielles de façon équitable et démocratique.

Les tribunaux viennent de confirmer qu’ils peuvent être aussi indépendants que les cours.

Ce n’est cependant guère le cas du Togo régenté par une justice aux ordres. Dans une similaire affaire de fermeture abusive opposant la Haac à un média privé, la Chambre administrative de la Cour suprême a adoubé l’autorité togolaise de régulation de la communication.

 

 

Avatar
A propos Komi Dovlovi 875 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire