De la culture du riz à la garantie par le système de warrantage en milieu rural

Les coopératives de producteurs de la préfecture de Kpélé éprouvent des difficultés à s’adapter au système de warrantage dans le cadre de la culture du riz. Dans la région, le village de Kpélé Toutou est connu pour produire principalement du bon riz aussi pour la consommation que pour les subsides issus de la vente. Ils garantissent les périodes de soudure. La conséquence du système de warrantage est la mévente de leurs productions, le système traditionnel prenant le pas sur l’épargne moderne. Les paysans ne tarrissent pas de plaintes durant toute l’année.
Au cours des saisons ils établissent avec l’Union des Agriculteurs de la région des Plateaux un partenariat qui permet de participer aux formations mais aussi l’occasion de sensibiliser sur l’avantage du système de warrantage qui donne les possibilités de vendre à un prix harmonisé et consensuel et les garanties de conservation des produits sur une période plus longue au cours de l’année.
STOCK DE RIZ
Le système de warrantage consiste à donner un crédit qui est garanti par un stock de produits agricoles susceptibles de changer de valeur dans le temps. Il permet d’éviter le bradage des récoltes mais la plupart des producteurs sont pressés de vendre (ce qui amène au bradage) ou la volonté de transporter les productions à une destination plus lointaine.

Les producteurs ne cachent pas les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans l’exploitation et la vente du riz. La plus grande difficulté reste celle de la mévente. La vente des récoltes à bas prix ne leur permet pas de faire face aux besoins immédiats tels que les soins médicaux, les fournitures scolaires à la rentrée et durant l’année scolaire, l’habillement et le remboursement de dettes et les dotations imprévues. A cela il faut ajouter les sources de financement des activités agricoles. Les paysans prêtent pour l’acquisition des espaces et leur mise en valeur.
Depuis quelques années ils ont fait appel à une institution de micro finance désignée ‘’Services Epargne à la Base pour le Développement Rural et Social’’ (SEBABERS), avec laquelle ils entendent désormais signer un contrat de financement pour la mise en œuvre du système de warrantage afin de surmonter leurs difficultés dans la vente de leurs produits. Ceci participera à accompagner les producteurs qui éprouvent des difficultés dans la vente de leurs produits en leur trouvant une institution de micro finance qui accepte leur octroyer des prêts pour la mise en œuvre du warrantage.

Dans la région il n’y a pas d’acheteurs accrédités, rien que des femmes revendeuses qui viennent acheter à vil prix les jours de marché, ce qui fait que les agriculteurs ont des problèmes à honorer les engagements vis-à-vis des créanciers. Au moins les producteurs ont le sentiment qu’avec le warrantage les difficultés sont amoindries.
Emilie

Avatar
A propos Emilie ORONG 764 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire