Un enseignant syndicaliste gênant déclaré forfait pour l’enseignement

Abalo Akéta est un dirigeant de la bouillante Union des syndicats de l’éducation du Togo (USET), à l’origine des grèves qui ont perturbé l’enseignement lors de l’année académique 2013-2014. Membre de la Synergie des Travailleurs du Togo, l’USET est une épine dans le pied du ministère de l’Enseignement. Brim Diabacté, le ministre de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle vient de régler son cas en demandant sa mise à disposition de la Fonction publique. Une punition des plus insolites alors qu’il y a un manque criard d’enseignants au Togo.

Le ministre de la Fonction publique a bien sûr accédé à la demande de son collègue, en casant l’enseignant-syndicaliste. M. Abalo Aketa, enseignant de son état, sera peut-être désormais plus utile dans un bureau de l’Administration, il va manquer peut-être à l’enseignement au moment où l’on déplore l’insuffisance des professeurs.

Abalo Akéta

Dans son rapport général rendu publique ce mercredi, l’USET dénonce une entrave à la liberté syndicale. Et M. Aketa a beau déclarer ne pas avoir demandé sa mise à disposition, rien n’y fit. Alea jacta est :

 Je n’ai jamais formulé cette demande puisse que je ne suis pas administratif. Je suis un enseignant, professeur d’économie recruté comme tel. Au moment où le gouvernement organise des concours pour recruter des enseignants afin de  combler le besoin sur le terrain,  des ministres déclarent certains enseignants forfait  pour des raisons syndicales , affirme Abalo Aketa.

Brim Diabacté, le ministre UFC de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, se moque éperdument de l’état d’âme des syndicats. Cet ancien directeur d’un Collège d’enseignement général (CEG), sait mieux que quiconque que les enseignants ne sont pas importants. Pour preuve, il a créé une école technique à Gando, (préfecture de l’Oti) où les professeurs se comptent sur les doigts de la main.

Le ministre Brim Diabacté a utilisé la méthode soft. Généralement les vieilles méthodes consistent à affecter les fonctionnaires grévistes dans des zones difficiles.

L’affaire intervient à un moment où le Gouvernement mène des discussions difficiles avec les syndicats sur l’adoption du statut général de la Fonction publique, la grille salariale et la valeur indiciaire, et leur application à partir de janvier 2015. D’après la Synergie des Travailleurs du Togo (STT), les propositions du gouvernement sont inacceptables. On s’attend donc à une rentrée difficile en septembre prochain.

A propos Komi Dovlovi 1071 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*