Fête du travail: les syndicats boycotteront le défilé officiel

La fête du travail ne sera pas célébrée dans la concorde cette année au Togo. La plupart des centrales syndicales ayant soumis des revendications au gouvernement s’estiment flouées et lancent des actions pour dénoncer l’attitude de l’État.

Les centrales syndicales du Togo ont décidé d’observer une marche de protestation et de dénonciation en lieu et place du traditionnel défilé des travailleurs marquant la célébration du 1er mai au Togo, a-t-on appris mercredi auprès des six centrales syndicales du Togo.stt le point de la grève

Cette volte-face des centrales syndicales intervient à un moment où les négociations avec le gouvernement peinent à se concrétiser sur de nouvelles modifications d’ordre salarial, surtout de la grille salariale.

Les syndicats reprochent au gouvernement de trainer à mettre en application le nouveau statut général de la Fonction publique promulgué en 2013, à créer le Conseil supérieur de la fonction publique et à faire appliquer les dispositions de la convention collective interprofessionnelle dans toutes les entreprises.

La position du monde syndical a bouleversé le programme officiel qui est toujours greffé sur le défilé des travailleurs qui aboutit à une cérémonie au terme de laquelle le gouvernement reçoit le cahier de doléances des travailleurs.

La discorde serait née de l’incapacité du gouvernement à faire face dans l’immédiat aux effets financiers de la prise en compte des revendications des syndicats, qui se chiffreraient à plus de 20 milliards Cfa.

Le gouvernement, de son côté, indique être engagé à apporter des améliorations aux conditions des travailleurs dès qu’il y aura une embellie économique à la faveur des réformes en cours, surtout avec la mise en place de l’Office togolais des recettes (OTR), une fusion des directions des douanes et des impôts pour permettre au pays de dégager plus de recettes.

Au Togo, le SMIG est passé de 13.757 F Cfa (environ 27 USD) à un salaire minimum conventionnel de 35.000 FCfa (70 USD) après avoir stagné quelques années à 28.000 F Cfa (56 USD).

Il s’agit d’une avancée que le gouvernement aime à évoquer ainsi que des relèvements périodiques des salaires dans la Fonction publique et de celui de 10% de la valeur indiciaire qui est passé de 945 FCfa à 1039,5 F Cfa actuellement.

Hier, le Secrétaire Général de l’Union des Syndicats des Enseignants du Togo (USET) a été interpelé à Lomé par la police judiciaire. Il lui serait reproché un acte de “faux et usage de faux” dans un mot d’ordre adressé aux autorités.

On le voit, le front social se chauffe, et le gouvernement ne semble pas avoir de solution.

Le Temps avec China International

 

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 878 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire