Hommage à Mgr Robert Dosseh-Anryon: Le gouvernement décrète 3 jours de deuil national

Les 7, 8 et 9 mai sont décrétés journées de deuil national en l’honneur de Monseigneur Robert-Casimir Dosseh-Anyron, décédé le 15 avril dernier. Une décision prise par le Conseil des ministres de ce mercredi 30 avril. Le drapeau togolais sera mis en berne pendant ces trois jours.

L’archevêque émérite est décédé le 15 avril dernier dans un hôpital de Lille, France, à l’âge de 89 ans. Il était le premier évêque du Togo, sacré en 1962. Parolier de l’hymne national, Terre de nos aïeux, il était un grand érudit. Homme d’une certaine complexité,  il était assez controversé pour ne pas faire l’unanimité sur sa personne. Avec 52 ans de présence sur la scène à la fois religieuse et politique, il est accusé, par certains, de collusion avec le parti unique d’Eyadema, un régime marqué surtout par le culte de la personnalité. L’ex archevêque de Lomé n’aurait pas hésité à comparer Mme N’Danida, la mère du général Eyadema, à la vierge Marie. Dans un pays où l’Eglise était une autorité puissante, une telle posture surprit la communauté catholique.

Mgr Dosseh Le décret des 3 jours de deuil  reste tout de même étonnante. Peut-être est-ce pour des missions accomplies pour le régime des Gnassingbé père et fils. Nul n’ignore qu’en 2005, une Commission pour la réécriture et la reconstitution de l’Histoire du Togo, présidée par Mgr Robert Dosseh-Anyron, avait décrété Sylvanus Olympio, Père de l’Indépendance, et le généra Eyadema, Père de la Nation !

Qui l’eût cru, alors que le Togo peine à former une nation !

Avatar
A propos Komi Dovlovi 813 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire