De « l’impropre à la consommation » qui franchit nos frontières

Bidons d'huile saisis

Le Burkina Faso est confronté ces dernières semaines à des saisies quotidiennes des produits « impropres » à la consommation, phénomène inquiétant pour un Togo qui partage la frontière nord avec ce pays

L’alimentaire contrefait écume les magasins et boutiques des commerçants dû au fait de la libre circulation des biens dans l’espace CEDEAO. Ce n’est pas un phénomène nouveau mais il prend de l’ampleur du fait de la porosité des frontières et des facilités de prélèvements illicites auxquels s’adonnent certains agents de contrôle de la qualité. Le Burkina a durci les procédures de contrôle à ses frontières.

Une importante quantité d’huile impropre à la consommation a été saisie par les services de la douane à Bobo Dioulasso (180 km à l’Est de Ouagadougou).  La marchandise était destinée au consommateur malien.

L’opération a pu s’effectuer avec la collaboration du Laboratoire national de santé publique (LNSP) et de la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB). Les deux parties n’ont pu révéler la provenance de cette marchandise mais il ya un mois du « poulet congelé impropre à la consommation » avait été saisi à la frontière Burkina-Togo et immédiatement incinéré par les services d’hygiène du Bourkina.

Tantôt c’est du coca et d’autres boissons périmées, tantôt du poulet ou du bœuf contaminés et cette fois-ci c’est de l’huile… de quoi ameuter le consommateur et l’induire dans des choix perplexes.

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article