L’actualité vue par Le Temps du Togo

Angola : Filomeno dos Santos incarcéré pour corruption

Le fils de l'ex-président angolais Jose Eduardo dos Santos, Jose…

Le Burkina bombarde Bana avec des moustiques génétiquement modifiés

Dix mille moustiques mâles génétiquement modifiés ont été introduits à…

Liberia : Disparition de "conteneurs" de billets de banque

Cent millions de dollars, destinés à la Banque centrale du…

Vienne: Aussitôt son brevet de pilotage, meurt dans le crash…

Un avion de tourisme, piloté par un jeune de 20…

CILSS : Les Etats veulent renforcer la lutte contre la chenille…

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans…

RDC : Journalistes licenciés pour avoir couvert la conférence d’un opposant

Une ONG congolaise dénonce le licenciement de deux journalistes de…

Opic : Nouvelle enveloppe pour financer des projets en Afrique

L’agence américaine Overseas Private Investment Corporation, Opic, a approuvé une…

Le parquet ivoirien recherche "des dizaines de milliards" détournés

La haute autorité pour la bonne gouvernance a saisi le…

La Chine envisage son entrée dans le capital de Asky…

Le Fonds de développement Chine-Afrique (CAD-Fund) s’intéresse à Asky Airlines,…

Suppression de l’aide à la presse : "presse morte" maintenue en…

Les patrons de presse veulent protester en Côte-d'Ivoire contre la…

Participation des FAT aux opérations de maintien de la paix

Les Forces Armées Togolaises, FAT, ont organisé une journée d’information…

La Maison familiale de formation rurale se mue en Association

La Maison familiale de formation rurale rouvre à Manga avec…

William Gomis, ex-joueur de Saint-Etienne, tué dans une fusillade

Les dirigeants et joueurs de l’As Saint-Etienne sont profondément affectés…

Nigeria: une explosion de gaz fait plusieurs morts

Une explosion de gaz suivie d’un incendie a tué plusieurs…

La commune de Tsévié célèbre le mois de l’état civil

La mairie de Tsévié célèbre en partenariat avec le Service…

Ghana: Yahsat lance son service internet à haut débit par…

Le fournisseur de connectivité par satellite, Yahsat, a officiellement lancé…

Sénégal: la BOAD subventionne la construction d’infrastructures scolaires

Le Sénégal projette de construire cinq cent salles de classe…

Arrêté pour avoir comparé les Kenyans à des singes

Un homme d'affaires chinois a été arrêté au Kenya après…

RDC : Militants de Lucha libérés après deux jours de détention

Les sept militants de Lucha (Lutte pour le changement), arrêtés…

Transhumance : La campagne 2018 n’a enregistré aucune mort d’homme

Le Comité National de Transhumance (CNT) a tenu ses assises…

Ouganda : Les autorités interdisent un festival qui célébrerait l'homosexualité

Les autorités en Ouganda ont interdit un des plus importants…

RDC: Officiers arrêtés pour n'avoir pas empêché Lucha de manifester

Deux officiers de la police, accusés de n'avoir pas empêché…

RDC: libération du journaliste Tusenge Sebazungu contre rançon

Une organisation de défense de la presse annonce la libération…

Chine : 60 milliards de dollars au développement de l'Afrique

La Chine va consacrer soixante milliards de dollars supplémentaires au…

Hama: Un hebdomadaire tchadien suspendu pour "fausses informations"

Al-Chahed, un hebdomadaire tchadien, a été suspendu trois mois pour…

Bénin : Sanctions envisagées pour les footballeurs mentant sur leur âge

Bénin, le nouveau président de la fédération de football promet…

PPT : Carlos Kétohou passe les charges à Isidore Akollor

Le Patronat de la Presse Togolaise, PPT, a renouvelé son…

L’Université de Kara ouvre un master en planification de développement

L’Université de Kara va ouvrir cette année un programme de…

Les radios rurales du Togo souhaitent la performance

Les radios rurales du Togo sollicitent l’appui du gouvernement et…

Santé : Cas de cataractes pris en charge dans le Tchamba

Une opération chirurgicale foraine de la cataracte s'est déroulée du…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

« Au Togo, changer de logiciel pour avancer », Dany Ayida

Cet article a été publié sur son blog par Dany Ayida, togolais vivant à l’étranger. Spécialiste en gouvernance et démocratie, il est Administrateur Général de la société Africa Label Group S.A, et par ailleurs Représentant Résident de l’organisation américaine NDI en RD Congo. L’intéressé a animé une conférence le samedi passé à Lomé, sur « la lettre pastorale des Évêques et l’agenda politique au Togo ». 

Comment la classe politique du Togo va-t-elle accueillir la dernière lettre pastorale des Évêques? On est en droit de se poser cette question, avec le regain d’intérêt que la démarche des Catholiques a eu sur le front citoyen. Le pouvoir n’a pas encore réagi (officiellement). Ce n’est pas dans l’habitude du régime de se montrer transparent en ces choses. Du côté des opposants, l’appel du Clergé semble avoir été entendu. Des manifestations sont annoncées: la ritournelle…

L’analyse de la situation du pays montre que les principaux acteurs politiques sont fatigués. La population aussi. La raison en est que la méthode de lutte pour le changement ne mobilise plus. Le pouvoir UNIR aussi est tombé dans la routine, depuis le début du troisième mandat de Faure Gnassingbé.

Les Évêques togolais, dans la lettre pastorale ont parlé de léthargie. Ils ont totalement raison! A l’insouciance générale connue chez nos compatriotes s’ajoute une certaines indifférence (à la fois des personnes et des organisations) rendant le jeu politique indigeste et rebutant. Alors qu’est-ce qui va changer? Qu’est-ce qui peut changer, et à quelle condition?

Pour Faure Gnassingbé: démontrer la volonté de changer

Le Président de la République est en même temps président du parti Union pour la République (UNIR), parti majoritaire. Cette position ne lui permet pas réellement d’être au-dessus de la mêlée. J’ignore d’ailleurs s’il a l’intention d’être pris pour le père de la Nation, position dont son paternel raffolait…Mais à y voir de près, il faut bien que le Chef de l’Etat se départisse de cette position s’il tient vraiment à gérer convenablement les enjeux politiques pressants qui sont à l’horizon. Ces enjeux exigent de lui  un certain niveau de dépassement, incompatible avec un chef de parti!

La Conférence Episcopale demande à Faure et à son régime de faire droit aux engagements de réformes. Outre ceux qui ont été donnés à la veille de la présidentielle de 2015, il y a les nombreux chantiers ouverts avec la CVJR (Commission Vérité, Justice Réconciliation). Si on peut reconnaître quelques efforts à l’actif du président, il faut dire que dans l’ensemble, son gouvernement ne semble pas mettre la réconciliation au centre de ses priorités. Ce gouvernement dirigé par Elom Komi Klassou est aligné fortement (à droite), dans une sorte de conservatisme, sous la férule des apparatchiks de l’ancien RPT.

Nous avons tout essayé au Togo, sauf à rechercher des compromis mutuellement gagnants…

Dans son discours à la nation le 26 Avril 2016, outre les nombreux manquements (le discours était presque vide), Faure G. a évoqué la « démocratie apaisée« , comme une option politique consensuelle. Lui-même sait qu’il n’en est rien! Mais comment ce dirigeant croit-il pouvoir mériter longtemps encore la paix dans un pays où il ne bénéficie pas de la confiance d’une grande partie de la population? Les institutions qu’il patronne ne sont pas représentatives de la volonté générale. Elles souffrent même d’une profonde crise de légitimité. Si le régime UNIR semble solide, c’est en vérité parce que son opposition est faible et n’a pas de moyen d’action adapté au contexte et aux défis internes.Certains opposants n’aiment pas entendre cela. Or, c’est la pure vérité!

Pour l’opposition: changer de paradigme

« Opposition archaïque« . Cette qualification n’est pas de moi, mais d’un jeune togolais que j’ai rencontré à Agora Senghor samedi passé. Ce n’est pas tellement faux. Nous avons un groupe de partis politiques qui sont dépassés par les événements. L’ANC du chef de file de l’opposition, ses alliés et les autres formations politiques actives dans le pays n’ont pas de stratégie véritable. Ils utilisent les mêmes méthodes qu’il y a… 22 ans. Ils subissent les événements, comme cela a été depuis 1993… S’ils prennent mes observations pour des critiques, il y en aura qui diront « Dany est acheté par le régime« . Et ils en seront tellement convaincus qu’ils n’essaieront pas de m’approcher pour mieux comprendre mes préconisations.

Le drame de l’opposition majoritaire, c’est d’accepter de jouer à une « opposition républicaine » tout en en rejetant les attributs essentiels de cette fonction. De peur d’être assimilé au pouvoir, Jean-Pierre Fabre n’utilise pas les avenues qu’offre le poste de leader de l’opposition politique dont il a hérité. Il n’a presque aucune relation avec les autres institutions de l’Etat et de ce fait, n’est aucunement respecté par les animateurs de l’Etat. Ceci est le résultat d’une longue culture du conflit et du dédain de l’adversaire, comme méthode politique. Au Togo, ont est bon opposant aussi longtemps qu’on est éloigné des milieux du pouvoir. Cette pratique n’a plus cours sur le continent africain; en tout cas, pas dans les pays où l’opposition est une alternative pour le pouvoir. Aucun compromis n’est possible dans la situation actuelle et donc aucune réforme consensuelle.

L’attitude de répulsion perpétuelle fait que les partis de l’opposition n’arrivent à rassurer ni les citoyens qui comptent (notamment la classe moyenne, la diaspora y compris) ni les interlocuteurs politiques en face. Même des personnes ouvertes au changement du côté du régime ne peuvent dialoguer avec cette opposition-là! Ils la trouvent trop radicale, peu crédible et souvent trop hautaine…

Rien ne peut être obtenu dès lors, dans ces conditions en termes de réformes politiques. Mais comment s’y prendre pour changer d’approche et se repositionner sur la scène politique sans renier ses propres valeurs? Tel est la question à laquelle les opposants togolais doivent vite répondre. Il n’est pas question de trahir ses positions, mais d’avancer de manière plus pragmatique.

Il faut beaucoup de courage à cette opposition pour se mettre au diapason des nouveaux enjeux. Elle va même devoir se faire violence, pour abandonner certaines pratiques, en lien avec son rapport à l’Etat. Car face aux défis politiques du moment, le traître dans l’opposition ne sera plus celui qui sera au contact avec le pouvoir, ce sera celui qui reste prisonnier des avatars du déni perpétuel, sans être capable de proposer d’alternative fiable.

Pour les organisations citoyennes: mieux surveiller le processus politique

13100722_980700175380724_2615729966805096663_n

Le changement est possible, si dans les deux camps ont abandonne les vieilles méthodes

Lors de la conférence que j’ai animée samedi 7 Avril à Lomé, je disais que la société civile togolaise dans sa forme actuelle n’est pas à la hauteur des enjeux du moment. Ce n’est pas juste pour critiquer. Les organisations de la société civile sont partie prenante de la « léthargie« , dénoncée par les Évêques. Beaucoup d’OSC s’accommodent avec le train-train et s’enlisent dans des actions traditionnelles d’engagement citoyen, sans aucune prise sur la situation nationale. Elles ne sont ni forces d’action ni forces de proposition.

La lettre épiscopale invite la société civile à la « veille citoyenne« . C’est là l’une des positions les plus graves des chefs de l’Eglise romaine au Togo. Grave, parce qu’elle est opportune et totalement adaptée aux conditions internes du moment. Cette invitation est bien en phase avec l’invite à la « non nationalisation de l’indifférence » et à plus de responsabilité de la part des dirigeants.

Si les citoyens et citoyennes doivent renouer avec l’espérance, avec une classe politique plus responsable, cela ne peut arriver que si les organisations citoyennes sont en mesure d’être les voix des sans voix. Evidemment ce nouveau positionnement stratégique a beaucoup d’exigences: en termes de compétence technique, en terme de moyens d’action aussi. Mais le plus important serait d’amener les OSC au pays à comprendre l’importance d’adopter des formes d’action qui leur permettraient non seulement de suivre les politiques publiques, mais aussi d’interagir entre les dirigeants et les autres acteurs politiques, pour faire prévaloir, dans tous les domaines, l’intérêt général.

Tout cela est possible au Togo. Il suffit de travailler plus et d’arrêter de jouer à se faire peur…

Dany

(J’ai écrit cet article dans l’avion qui me ramenait à Kinshasa le 9/5/2016, après 3 jours d’intenses activités à Lomé)

Source: www.danyayida.com 

3190 Vues totales 2 Vues ce jour
(Visited 201 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter