Covid-19 : Il y a un an, le Togo enregistrait son premier cas

Voici un an jour pour jour que le Togo enregistrait son premier cas positif de covid-19. Née en Chine, en décembre 2019, la maladie au nouveau coronavirus allait se répandre dans le monde entier à partir de janvier 2020, frappant sévèrement les pays d’Europe occidentale et les Amériques. 

88 personnes sont décédées au Togo tandis que le covid-19 a occasionné plus de 2,5 millions dans le monde entier.

A cause de sa part faible dans les échanges mondiaux, seuls l’Afrique du Sud et l’Afrique du Nord furent les premiers atteints en même temps que l’Europe.

Néanmoins, le Togo finit par connaître son premier cas, le cas index,  le 6 mars 2020… dans une ambition d’incrédulité générale.   

Le premier patient était une dame  de 42 ans résidant à Lomé avec sa famille et ayant successivement séjourné  séjourné du 22 février au 2 mars à l’étranger.

Le communiqué du gouvernement annonçant la nouvelle a été accueilli avec incrédulité; l’opinion taxant l’équipe au pouvoir de manœuvrer pour bénéficier des appuis financiers de l’OMS promis dans le cadre de la lutte contre le covid-19.

Le contexte politique avec la proclamation de la victoire de Faure Gnassingbe à la présidentielle controversée du 22 février 2020 renforçait cet environnement d’hostilité au régime en place, et annihilait pour ainsi dire la communication sur la pandémie.

Il aura fallu attendre quasiment deux semaines et l’annonce de 9 nouveaux cas pour que la confiance commence à gagner dans l’opinion.

25 jours plus tard, et la multiplication des cas, surtout dans la région centrale, amène le gouvernement à décréter l’état d’urgence sanitaire.

Bilan express

Depuis un an, le Togo enregistre en tout 7428 cas confirmés et 88 décès. Le nombre de décès a considérablement augmenté entre décembre 2020 et février 2021.

Les régions les plus touchées demeurent la capitale Lomé, la Région centrale et la région de la Savane. Les deux dernières ont connu des mesures de confinement pendant plusieurs semaines durant les 12 derniers mois.

La pandémie frappe un pays aux structures sanitaires en délitement voire inadaptées. Le gouvernement a transformé le Centre Hospitalier Régional de Lomé en centre dédié au traitement du covid-19. La situation est beaucoup plus sinistrée à l’intérieur du pays, déjà fragilisé par l’insuffisance installations sanitaires.

D’une manière générale, l’OMS a félicité le gouvernement pour sa gestion du covid-19 du point de vue sanitaire, et sur le plan social pour le soutien financier apporté aux ménages les plus vulnérables grâce au fonds Novisi.

Cependant, la gestion politique du covid-19 a mauvaise presse au sein de l’opinion, des partis politiques et des organisations de la société civile.

Les restrictions des libertés publiques, comme l’interdiction des manifestations, la brutalité policière pendant la période de couvre, montrent que le gouvernement a pris prétexte du covid-19 pour renforcer son emprise sur le pouvoir politique et la société.

Pendant le couvre-feu, il y eut plusieurs décès dus aux violences policières sur des personnes.

Avatar
A propos Tony Feda 132 Articles
Journaliste indépendant. Ancien Fellow de l'Akademie Schloss Solitude (Stuttgart, Allemagne), Tony FEDA s’intéresse à la sociologie, la culture- ses domaines de prédilection sont la littérature et les arts de la scène du Togo. A travaillé pour plusieurs journaux dont Le Temps, Notre Librairie. www.culturessud.com. Depuis août 2018, s'inspirant de Robert Park et de Bourdieu, il entame sur son blog www.afrocites.wordpress.com des projets sur des thèmes concernant la ville.

Laisser un commentaire