Assassinat du Colonel Madjoulba: Des échauffourées à Niamtougou, le préfet en fuite

Des populations en colère réclamant la lumière sur l’assassinat du colonel #Bitala #Madjoulba ont mis en fuite le préfet. Les bérets rouges ont répliqué en tirant dans la foule.

Siou, Koka, Tenega, Baga, les populations de ces localités de la préfecture de Doufelgou manifestent pour la deuxième depuis vendredi pour réclamer la lumière sur la mystérieuse mort du Colonel #Madjoulba. Ce dernier est décédé le 4 mai dernier dans son bureau du camp du Bataillon d’intervention rapide (BIR).

Les manifestants avaient donné un ultimatum de trois jours au pouvoir UNIR pour leur remettre le corps du défunt afin qu’ils puissent eux-mêmes lui faire des obsèques traditionnels.

A Niamtougou, les manifestants s’en sont pris aux locaux de la préfecture. Le préfet a été exfiltré par les bérets rouges. Mais les tirs de ces derniers aurait fait plusieurs blessés parmi les manifestants.

La préfecture de Doufelgou reste en ébullition. La population est vent debout contre le régime et surtout les élites Nawdba, ethnie majoritaire de préfecture, accusées de vouloir étouffer l’affaire.

Selon des témoins, les ministres du Travail et de l’Agriculture, respectivement Gilbert Bawara et Noel Koutera, ont été sévérement mis en garde d’intervenir.

Silence tonitruant de Faure Gnassingbe

Le 4 mai dernier, le colonel Bitala Madjoulba a été retrouvé mort dans son bureau. Égorgé ou tué par balle selon des rumeurs.

Aucun communiqué de la part de l’Etat-major des armées, ni du ministre de la Défense et chef suprême des armées qu’est le chef de l’Etat #Faure #Gnassingbé, ni du gouvernement, jusqu’à ce jour quant au décès de cet officier de haut rang et commandant de la première région militaire du Togo (le Sud).

Des jeunes femmes et hommes armés de bâtons et de gourdins marchant vers Niamtougou, chef lieu de Doufelgou

On évoque selon des sources officieuses, à classer tout de même dans la rubrique des rumeurs, la mise sur pied d’une commission d’enquête . Elle serait constituée du général-ministre de la Sécurité #Yark #Damehame, du chef d’Etat-major Félix Abalo #Kadanga, du directeur de la gendarmerie, le colonel Yotrofeï #Massina et du directeur de la Police national, le commandant #Akakpovy.

Enfin, à mettre également sur le compte de la rumeur, le retour frère du Colonel, Calixte Batossié Madjoulba, ambassadeur plénipotentiaire du Togo en France. Egalement officier supérieur des FAT, ce dernier serait revenu de Paris pour les obsèques de son frère. Membre influent du régime, il est en poste dans la capitale française depuis 10 ans.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 943 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire