Zimbabwe: Le secteur du blé dans le dur

La production de blé devrait enregistrer une forte baisse au cours de la période 2019-2020. La récolte serait en baisse dans l’ordre de 600 000 tonnes.

Selon Graeme Murdoch, vice-président du National Wheat Contract Farming Committee (NWCFC) qui s’est confié à l’agence Bloomberg, le secteur du blé zimbabwéen vacille. Une situation due à la sécheresse et aux problèmes d’irrigation.

En effet cela fait une vingtaine d’années que le pays est à la merci des aléas de la nature. Ce qui n’est pas sans conséquence sur la disponibilité en eau pour les cultures. Aussi sa rareté influe-t-elle négativement sur la fourniture du courant électrique fortement dépendante de la centrale Kariba. A cela s’ajoutent les délestages qui durent 18 heures par jour et les surfaces irrigables qui se réduisent de façon très inquiétante.

Le pays est alors contraint d’importer 375.000 tonnes de blé pour compenser les besoins qui s’élèvent à 450.000 tonnes par an. La soudure en blé qui vient s’ajouter à celle du maïs annonce des périodes très dures pour le pays de Emmerson Nangagwa, le président de la république.

Faut-il le rappeler, en septembre dernier le pays a bénéficié d’un accord de 139 millions de dollars en guise de prêt auprès de Agriculture Bank of Zimbabwe Ltd et de la Stanbic Bank, des banques locales afin de relancer le secteur agricole.

Eklou de Badj

Laisser un commentaire