Zimbabwe: Une satiriste populaire enlevée, battue et abandonnée

Une comédienne et satiriste populaire au Zimbabwe, Samantha Kureya, dite Gonyeti, affirme avoir été enlevée de son domicile à Harare et battue par des inconnus.

Dans un clip vidéo en ligne, elle raconte à un journaliste du quotidien Daily News, depuis son lit d’hôpital, avoir été enlevée mercredi soir par des hommes armés et masqués, rouée de coups et abandonnée.

Trois hommes masqués ont cassé la porte de sa chambre et l’ont tirée du lit, dit-elle. “Je ne portais qu’un haut et une culotte. Quand je leur ai dit +laissez-moi m’habiller+, ils m’ont giflée et ordonné de baisser les yeux”, ajoute-t-elle.

“Vous vous moquez du gouvernement” lui ont dit ses agresseurs en lui donnant des coups de pied et de fouet et la faisant rouler sur le sol mouillé, a-t-elle ajouté.

Elle affirme avoir dû se dénuder, boire de l’eau des égouts et avoir été abandonnée sur place sans ses vêtements.

Elle ajoute avoir marché ensuite vers des maisons et qu’une robe lui a été jetée par la fenêtre de l’une d’entre elles.

“Je ne sais pas si (cette agression) avait pour objectif de me faire peur” mais c’est grâce à la comédie “que je suis capable de payer mon loyer et d’envoyer mon frère à l’école. Je continuerai à faire mon travail”, affirme-t-elle.

Le ministère de l’Information a annoncé dans un Tweet qu’une enquête était en cours.

La maison de production de Samantha Kureya, Bustop-TV, avait précédemment indiqué dans un Tweet qu’une autre comédienne, Sharon Chideu, qui apparaît dans des sketchs à ses côtés, avait elle aussi été ciblée mais qu’elle avait été avertie d’un risque d’enlèvement et avait quitté son domicile.

Bustop-TV diffuse des sketchs qui se moquent des autorités zimbabwéennes et des problèmes économiques et sociaux du pays.

Le Temps avec Afp

Avatar
A propos Emilie ORONG 785 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire