RD Congo : Martin Fayulu de plus en plus fragilisé

Porté par la coalition Lamuka, l’opposant Martin Fayulu revendique toujours sa victoire. Alors que l’alliance dont il se réclame bat visiblement de l’aile.

A Lamuka, ce n’est plus vraiment la même approche. La cible principale (Joseph Kabila) n’étant plus, les voix sont de plus en plus  discordantes. D’un côté Martin Fayulu réclame l’organisation de nouvelles élections, de l’autre côté Moise Katumbi veut aller de l’avant.

« On doit aller de l’avant. Le plus important pour nous, c’est aller de l’avant. Nous serons dans l’opposition pour défendre la population congolaise. La reconstruction de notre pays, c’est le plus important », répondait ce lundi Moise Katumbi dans une interview accordée aux confrères RFI et France 24. L’ancien gouverneur de la province de Katanga même s’il reconnaît qu’il y a beaucoup d’irrégularités qui ont émaillé le scrutin présidentiel, semble se plier à la décision de la Cour constitutionnelle. « La Cour constitutionnelle a proclamé monsieur Félix Tshisekedi comme président de la République », souligne-t-il. « Pour moi, je suis un homme pragmatique, je ne voudrais pas entrer dans des débats qui pourront un jour ramener le mal dans notre pays. Donc, le plus important pour nous, c’est l’avenir du peuple congolais ».

Le mur Lamuka est lézardé

Le mur Lamuka est lézardé. Les préoccupations ne sont plus les mêmes. Désormais blanchi par la justice dans le procès Stoupis et son passeport sous la main, Moise Katumbi compte rentrer au pays. Avec de nouveaux objectifs. « Je rentre le 20 mai à Lubumbashi pour rester avec les miens, pour consoler les familles qui ont été maltraitées. J’étais à l’étranger, mais eux ils ont vécu l’enfer. Et c’est pour cela que je demanderai à tous les juristes congolais qui vivent dans la diaspora, les ONG des droits de l’homme et les églises, il faudrait qu’on puisse réécrire l’histoire de notre pays. Il y a eu beaucoup de morts, il faudrait qu’on ouvre un bureau pour recenser tous ces morts-là et les familles qui n’ont pas fait le deuil. Donc je vais pour consoler d’abord ma population », annonce le membre de la coalition Lamuka.

Aussi profite-t-il pour redéfinir ce qu’il entend désormais comme opposant. « Être opposant, c’est vraiment un grand métier pour permettre à la population congolaise de vivre la vraie démocratie et le développement. Moise Katumbi va rester dans l’opposition, mais une opposition républicaine. Cette opposition, on va condamner là où il faudrait condamner. On va féliciter là où il faudrait féliciter. On va donner des conseils et des solutions aussi », laisse-t-il entrevoir.

Lamuka se fragilise. Même si Moise Katumbi vient de prendre la présidence tournante de la coalition. Il n’est plus véritablement dans la contestation de l’élection de Félix Tshisekedi. Tout le contraire de Martin Fayulu qui appelle à la démission de Félix Tshisekedi et à de nouvelles élections.

EKLOU de Badj

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 864 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire