Crash d’Ethiopian airlines: Ce n’était pas la faute des pilotes

Le 10 mars 2019, le Boeing 737 MAX d’Ethiopan Airlines s’est écrasé seulement six minutes après son décollage depuis Addis-Abeba (Éthiopie), faisant 157 morts.

Selon un rapport des autorités éthiopiennes sur l’accident du Boeing 737 MAX d’Ethiopian Airlines survenu le 10 mars 2019, le personnel navigant a respecté les procédures prescrites par l’avionneur Boeing.

D’après le Wall Street Journal, la procédure d’urgence établie par le constructeur du 737 MAX n’a pas permis une reprise de contrôle de l’appareil qui s’est écrasé le mois dernier. Ce média cite les conclusions du premier rapport sur le crash qui a fait 157 morts. Ce jeudi 4 avril Dagmawit Moges, la ministre des Transports éthiopienne a rendu public les éléments clés dudit rapport. Le rapport recommande ainsi que « le système de gestion de vol de l’avion soit revu par le fabricant ».

Il indique en outre que « Les autorités de l’aviation devront vérifier que la révision du système de gestion de vol de l’avion a été correctement effectuée par le fabricant », avant que la flotte des Boeing 737 MAX, immobilisée dans le monde entier depuis l’accident, soit autorisée à voler à nouveau, a insisté la ministre.

Il s’agit dans doute d’un nouveau coup dur pour Boeing. L’avionneur américain était très critiqué depuis les crashes de deux 737 MAX – celui du vol 610 de Lion Air en Indonésie le 29 octobre, 189 morts, puis de l’Ethiopian Airlines 302 le 10 mars, 157 morts – le constructeur tente de regagner la confiance des compagnies aériennes.

Le Temps

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 835 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire