Le « cadeau » qui empoisonne la cohésion dans la C14

L’« Affaire de cadeau à la C14 » délie les langues. Les derniers aveux du Pr Aimé Gogué de l’ADDI enveniment les dissensions au sein de la Coalition C14.

La sortie ce jeudi d’Aimé Gogué, président de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), risque de fragiliser davantage la C14. Il reconnaît que le regroupement dont son parti est membre a pris 30 millions FCFA auprès d’un chef d’Etat. Un « cadeau » qui empoisonne  la cohésion à la C14 et est à l’origine des dissensions internes.

Au Togo, un adage dit : « La salive gardée longtemps dans la bouche, devient de la bave ». C’est visiblement ce qui a amené Fulbert Attisso, président du parti Le Togo Autrement, à faire une révélation fracassante. Dans son message de vœux pour l’année 2019 et qui est en même temps le bilan des manifestations de la C14 à la suite du soulèvement populaire de 2017, Fulbert Attisso a analysé les écueils qui ont plombé la lutte. Faut-il le rappeler, au départ, les partis membres de la C14 dont Le Togo Autrement, réclamaient essentiellement le retour à la Constitution de 1992 et le départ de Faure Gnassingbé. Mais au fil des mois et des manifestations, la crise s’est enlisée et a conduit la C14 au boycott des législatives du 20 décembre 2018. En clair, l’objectif initial qui était de dégager Faure Gnassingbé n’a pas été atteint. Il fallait donc chercher ce qui n’a pas marché.

Le président de Le Togo Autrement a posé les diagnostiques. Pour lui, « il y a forcément une méthode et des stratégies qui n’ont pas fonctionné qu’il est important de questionner et de juger au regard des réalités de la politique togolaise et surtout face à l’urgence de la relance de la lutte ». Et pour enfoncer le clou, lors d’une émission, il déclara en ces termes : « Quand on lutte pour l’alternance, on ne reçoit pas de cadeaux par des personnes interposées ». La nouvelle provoqua un choc au sein de l’opinion. La C14 s’est empressée d’éteindre le feu mais, à la lumière des déclarations qui fusent de ce regroupement de partis politiques, Fulbert Attisso a lancé une bombe à fragmentation. Des départs au sein de la C14 et des menaces à l’égard du président de Le Togo Autrement l’attestent.

De 14, seuls 09 partis composent actuellement la C14. Certains partis ont boudé le conclave du regroupement politique. La menace envers Fulbert Attisso est venue de Robert Olympio, Secrétaire national à l’organisation de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), le parti de Jean-Pierre Fabre. « On peut poursuivre Fulbert Attisso, puisqu’il a bien nommé des gens. Est-ce qu’il peut répondre ? Est-ce qu’il a les preuves de ce qu’il a avancé. Ce n’est pas bon. Nous sommes tous de l’opposition. Fulbert Attisso, je le connais, il est intelligent. Il est capable de beaucoup de choses, mais capable de dire des contrevérités sur les antennes, ça je ne lui connais pas », a-t-il déclaré. « C’est lui qui a avancé l’histoire selon laquelle certains leaders de la Coalition ont pris de l’argent ici et là », a indexé Robert Olympio, furieux.

A un an de la présidentielle, la maison C14 n’est pas au point. Elle brûle. Il y a urgence à colmater les brèches. Et c’est ce que tente de faire Aimé Gogué. « Les  gens crient qu’il y a un Chef d’Etat qui nous a donné 30 millions. Bien sûr on a reçu.  Nous sommes 14 partis politiques et 30 millions divisés par 14 ne donnent même pas 3 millions. Ça fait 2,5 millions par parti » a avoué le président de l’ADDI. Toutefois, il a relativisé. « Si moi Togolais je pense qu’on a acheté l’un de mes leaders politiques avec 2 millions, j’aurai honte de moi-même. Ça veut dire que les Togolais sont très pauvres et que même leur leader peut être acheté à 2 millions, ce qui est très ridicule. On n’a pas eu à partager ; cela a servi aux manifestations », a ajouté le président d’ADDI. Aussi Aimé Gogué a-t-il invité les Togolais à lorgner les dépenses faramineuses du ministre Gilbert Bawara lors de la crise. Suffisant pour rassurer les militants de la C14 ? Pas sûr.

EKLU de Badj

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 894 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Laisser un commentaire