Au Togo, la C14 tient conclave avec 9 partis membres

Après plusieurs reports, la coalition des 14 partis de l’opposition (C14) a fini par ouvrir son conclave à Lomé  ce 20 Février 2019. Cinq partis politiques membres du regroupement n’ont pas répondu à l’appel. Simple divergence ou début de la déconfiture ?

Le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), l’un des plus anciens partis politiques de la coalition avait clairement et formellement fait connaitre sa position par rapport au conclave. Le parti dirigé par Me Yaovi Apollinaire Agboyibo n’était pas intéressé par cette rencontre. Les quatre autres partis qui ont boycotté le conclave ont été plus discrets dans leur démarche. Mais leur absence à l’ouverture de la grande réunion supposée relancer les activités de la coalition n’est pas passée inaperçue. Les cinq grands absents sont : PNP, CAR, Togo Autrement, MCD et Santé du Peuple.

Déjà, les spéculations vont bon train, sur les motifs de ce « boycott ». Pour certains il s’agit d’un désaccord profond entre les membres de la coalition sur les objectifs de l’initiative. D’autres y voient un positionnement en lien avec la prochaine élection présidentielle. Il est confirmé que si le conclave a  été reporté à plusieurs reprises, c’était pour permettre à la coordonnatrice de négocier avec les partis membres pour leur participation.

Finalement, seul l’ANC est le parti le plus représentatif (si l’on considère le rôle joué dans l’ancienne législature) présent dans ces assises. A ses côtés, il y a la CDPA de la Coordonnatrice de la C14, FDR de Me Apevon, le Parti des Togolais de Nathaniel Olympio, entre autres.

L’issue du conclave et les déclarations attendues des responsables des partis politiques absents fixeront l’opinion sur l’avenir de la Coalition.

J. Bawa

Avatar
A propos Joséphine Bawa 55 Articles
Responsable Desk politique et Afrique Joséphine Bawa capitalise 17 ans d'expérience en matière de communication et journalisme. Diplômée de Wit University (Johannesbrg, South Africa) elle a collaboré avec diverses agences de presse internationales dont AP, Reuters. Josephine dirige le desk politique de la Rédaction du journal Le Temps. Joséphine est également consultante auprès de plusieurs cabinets en Afrique et en Amérique du Nord.

Laisser un commentaire