Tchad: un collectif demande de rétablir l’accès aux réseaux sociaux

Un collectif d’avocats tchadiens a porté plainte contre les opérateurs de téléphonie mobile pour blocage de l’accès aux réseaux sociaux depuis cinq mois.

Un collectif d’avocats tchadiens, dirigé par Me Frédéric Daïnonet, a porté plainte contre les opérateurs de téléphonie mobile Airtel et Tigo pour blocage de l’accès aux réseaux sociaux, depuis cinq mois. Il dénonce une violation du droit des consommateurs et une atteinte à la liberté d’expression, sans une quelconque justification.

L’action en justice intentée contre les filiales des groupes télécoms Bharti Airtel et Millicom International Cellular (MIC), a été initiée par l’organisation non gouvernementale Internet sans frontières (ISF) qui a officiellement lancé ses activités dans le pays, le 9 août 2018, avec l’ouverture de son bureau.

L’ONG qui avait déjà mis en demeure l’Etat du Tchad devant le tribunal de grande instance de N’Djamena pour faire lever le blocage, estime que le Tchad viole sa propre constitution et les nombreuses conventions internationales relatives à la liberté d’expression, ratifiées par le pays.

Blaise Noubarassem, le représentant d’ISF au Tchad, a révélé qu’un rapport de l’organisation sur « la censure » des réseaux sociaux qui prévaut actuellement au Tchad a été envoyé, depuis avril 2018, au Conseil des droits de l’homme des Nations unies. Ce rapport sera étudié lors de l’examen périodique universel prévu en novembre 2018, à Genève, en Suisse.

Le Temps avec Agence Ecofin

Soyez le premier à commenter

Vos commentaires sur l'article