Appel à travailler de façon intégrée pour humaniser le développement

M. Carlos Lopes devant les chefs d'agences des nations unies au Togo

Les Nations Unies apportent leurs expertises en matière de sécurité et de la sureté maritimes et le développement en Afrique. Elles sont présentes à Lomé en marge du Sommet extraordinaire de l’Union africaine sur la thématique à travers son Secrétaire général adjoint et Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique (CEA), M. Carlos Lopes.

Dans un communiqué rendu public ce mercredi après sa rencontre restreinte avec les chefs d’agences du système des Nations Unies (SNU) au Togo, le diplomate est estimé qu’« on ne peut plus séparer la dimension économique, sociale et environnementale dans le cadre du développement » et que les acteurs issus aussi bien du gouvernement, de la société civile que des partenaires au développement, chacun doit « travailler de façon intégrée pour  humaniser le développement ».

La plupart des pays africains ont assujetti leur développement autour de l’aide publique au développement (APD). Au cours des dix dernières années, cette aide se situait entre 40 et 48 milliards de dollars par an, soit environ 3% du PIB du continent. Pour M. Carlos, l’Afrique doit trouver des alternatives au cours des prochaines  années puisque celle-ci «va continuer à baisser ».

Actuellement une partie de cette aide est orientée dans les réponses aux crises humanitaires et aux questions de migration. Et d’avertir : « C’est l’argent mobilisé par les pays africains eux-mêmes qui fera la différence pour faire face aux questions de développement ».

La situation économique en Afrique  connait des transformations. Selon M. Lopes, le prix des matières premières a chuté au cours des dernières années. Alors que 65% des exportations des pays africains sont constituées de matières premières non transformées,  80% des dépenses des Etats sont issues des recettes d’exportations. Parallèlement le marché interne porte les 2/3 de la croissance qui ne se reflète pas dans les recettes des états. Le taux de fiscalité en Afrique est de 16% contre 33% pour la moyenne mondiale. Selon Carlos Lopes, les pays africains sont encouragés à élargir leur assiette fiscale en améliorant le taux d’imposition des grandes firmes.

Le Système des Nations Unies au Togo est composé de 13 agences résidentes et non résidentes. Les objectifs de coopération entre celles-ci et le Gouvernement du Togo se situent dans la réalisation des objectifs nationaux de développement orientés vers la lutte contre la pauvreté et l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD). Pour la période 2014-2018, trois axes d’intervention sont retenus notamment la Gouvernance démocratique, institutionnelle et locale, la Réduction de la pauvreté et la création d’emplois ainsi que l’Environnement et le changement climatique

Avatar
A propos Colombo KPAKPABIA 1040 Articles
Colombo Kpakpabia est Directeur de publication du journal Le Temps. Il capitalise plus de 20 ans d'expérience dans la presse écrite et audiovisuelle. Colombo axe son travail sur la recherche et l'efficacité. Contact Email: colombock@gmail.com

Laisser un commentaire