Littérature : Sony Labou Tansi est ressuscité

Les Editions du Seuil feront  paraître début septembre, Encre, sueur, salive et sang, de
Sony Labou Tansi, l’écrivain congolais, mort en 1995. Homme de théâtre, romancier et poète disparu au Congo-Brazzaville  à l’âge de quarante-huit ans, Sony Labou Tansi est l’une des figures les plus troublantes de la dénonciation de l’« état honteux » du monde et de la tragédie contemporaine des agenouillés, qu’ils soient d’Afrique ou d’ailleurs.

Encre, sueur, salive et sang est un choix de dits et écrits (1973-1995) donnant pour la première fois à entendre une voix méconnue de Sony Labou Tansi, celle du penseur visionnaire et de l’essayisteCette édition est établie et présentée par Greta Rodriguez-Antoniotti.

  Résumé de la quatrième couverture. 

“Pourquoi avez-vous si peur d’apprendre qu’on existe ? Effectivement, je vous le dis, on existe. Si vous avez peur, c’est que vous êtes dans le camp de la catastrophe. C’est que vous fuyez la vie et ça ne suffit pas pour inexister.

Ça ne sera jamais tout à fait moi qui parle, mais le monstre en moi. Ça ne sera d’ailleurs jamais tout à fait vous en face, mais la part de monstre en vous endormie, et que je réveille intentionnellement, dans une véritable affaire d’identité. C’est-à-dire que vous n’y verrez clair que si vous avez le pied profondément humain. Je répugne. C’est mon métier.”

Sony Labou Tansi

Encre, sueur, salive et sang

Editions du Seuil

Date de parution 03/09/2015
208 pages – 17.00 € TTC

Avatar
A propos Komi Dovlovi 999 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire