La CNSC Togo au Forum interactif des acteurs de la paix de la CEDEAO

La CNSC-TOGO à travers son Directeur Exécutif, M. AMEGAKPO K. S. Paul a participé le 25 Juin 2015 dernier au Forum Interactif des acteurs sur les questions de paix et de sécurité pour marquer le quarantième anniversaire de la CEDEAO. La CNSC-Togo a défendu à cette occasion la nécessité de prendre en compte la limitation de mandat politique dans le protocole additionnel de la CEDEAO comme outils de sauvegarde de la stabilité politique à travers des alternances pacifiques et constitutionnelles au pouvoir; gage d’affermissement de la gouvernance démocratique dans la sous région.

Le 28 mai 2015, la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a célébré ses 40 ans d’existence.
Et pourtant la sous région est fragilisée par des vagues de conflits armés et d’instabilité politique et d’insécurité humaine.
Face à ces multiples questions d’insécurité, la CEDEAO a entrepris plusieurs initiatives de gestion des conflits dans le but de s’attaquer aux causes profondes. Le 10 Décembre 1999, l’Autorité des Chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO a signé à Lomé (Togo) le Protocole Relatif au Mécanisme de Prévention, de
Gestion, de Résolution des conflits, de Maintien de la Paix et de la Sécurité. Ce Protocole se penche sur les questions d’élections et d’accession au pouvoir, de décentralisation du pouvoir et de démocratie participative, de lutte contre la pauvreté, de droits de l’Homme et d’éducation. Avant la signature de ce document historique, deux principaux instruments juridiques, à savoir : le Protocole sur la non-agression – de 1978 – et le Protocole sur l’Assistance Mutuelle en Cas de Défense – de 1981- ont été signés dans le but de promouvoir la paix dans la sous-région. Ces protocoles ont clairement établi un lien entre les objectifs de prévention et de résolution des conflits d’une part et la volonté d’influencer positivement les développements politiques dans la sous-région d’autre part.

A l’issue du forum de Dakar les recommandations ci-dessous ont été adoptées par les participants.11241940_891300277606915_2087527548847701074_o

RECOMMANDATIONS POUR AMÉLIORER L’ARCHITECTURE DE LA PAIX ET LA SÉCURITÉ

CEDEAO:

  • Assurer une bonne diffusion des informations aux citoyens de la communauté sur les interventions de la CEDEAO, y compris ses stratégies pour prévenir et atténuer les conflits violents
  • Veiller à l’intégration des questions de genre dans la paix et la sécurité
    Assurer le développement et l’adoption des instruments juridiques qui obligent les Etats membres à assurer la contribution de troupes et de ressources 
    financières pour les missions de maintien de la paix
  • Créer des salles de situation conjointes à PAPS pour assurer que les réponses aux 
    alertes précoces soient corroborées et livrées dans un esprit de collaboration
  • Assurer des mécanismes de coordination et de collaboration entre les directions 
    de PAPS; entre PAPS et le Fonds pour la Paix ainsi que PAPS et d’autres directions
    comme les Affaires Humanitaires et du Genre respectivement
  • Assurer la synergie dans la planification des programmes et des retraites pour permettre à PAPS de présenter un plan de travail annuel et budget intégrés et de 
    permettre la possibilité de puiser dans le Fonds pour la Paix
  • Des structures de paix ainsi que des responsables de haut niveau devraient être 
    formés et utilisés pour la médiation, la négociation et la facilitation du processus 
    de paix si nécessaire au niveau national.

ETATS MEMBRES:

  • Compte tenu des impératifs de sources ouvertes et fermées d’information aux 
    fins de l’alerte précoce, les Etats membres devraient fournir régulièrement à la 
    CEDEAO des informations nécessaires à leur disposition pour assurer la
    prévention et l’atténuation des conflits violents
  • Les Etats membres devraient collaborer avec les OSC et comparer les 
    informations sur la paix et la sécurité
  • Ils devraient mettre en place la plate-forme de financement indépendante pour 
    soutenir les OSC dans la promotion de la paix et de la sécurité. Les Secteurs
    privés devraient également être encouragés à soutenir ces fonds et la promotion 
    générale de la paix et de la sécurité
  • Ils devraient éviter et être tenus responsables au cas où ils étoufferaient les
    activités des OSC

CENTRES DE FORMATION D’EXCELLENCE (CFE):

  • Efforcer d’influencer la politique à travers leurs formations et de veiller à ce que
    les formations offertes ont plus de valeur à la CEDEAO
  • Développer et maintenir la liste de personnel qualifié dans les opérations de
    soutien à la paix
  • Assurer la formation des OSC et des femmes dans les opérations de soutien à la 
    paix
  • Collaborer avec les OSC en fonction de leurs domaines d’expertise dans la
    promotion de la paix et de la sécurité dans la région.

[note]

RENFORCER LA SYNERGIE ENTRE LES OSC ET LA CEDEAO EN PAIX ET SECURITE

En conformité aux cadres normatifs de la CEDEAO pour l'opérationnalisation de l'architecture de paix et de sécurité de la CEDEAO, les OSC devraient continuer àparticiper activement en tant que partenaires stratégiques pour améliorer les mécanismes existants pour la paix et la stabilité dans la région. La Commissaire des Affaires Politiques, Paix et Sécurité a justement souligné cela dans son allocution de bienvenue, où elle a plaidé pour l’organisation des réunions périodiques interactives soutenues entre les OSC et PAPS. Voici quelques-unes des recommandations proféréespour renforcer la synergie entre la CEDEAO et les OSC pour la paix et la sécurité dans la région;
Les OSC devraient assurer une coordination efficace aux niveaux national et régional pour engager en permanence avec la CEDEAO et les Etats membres dans la promotion de la paix et de la sécurité. La Direction d'Alerte Précoce engagerait les membres de FOSCAO dans la paix et la sécurité au niveau national pour appuyer le suivi et l'évaluation du programme de la CEDEAO et les interventions notamment en agissant comme chiens de garde dans l'opérationnalisation d’ECOWARN Les OSC devraient collaborer avec la CEDEAO pour assurer la vulgarisation, la domestication et la mise en œuvre des protocoles au niveau national La CEDEAO et les Etats membres devraient engager activement les OSC dans la mise en place et l'opérationnalisation des Mécanismes Nationaux d’Alerte Précoces et des Architectures de paix adoptés par la Conférence des Chefs d'Etat et de gouvernement Les OSC devraient collaborer avec la Direction des Affaires Politiques et mener des initiatives de plaidoyer dans l'examen en cours du protocole additionnel sur la démocratie et la bonne gouvernance pour assurer l'adoption par la Conférence des Chefs d'Etat et de gouvernement Les OSC devraient fournir aux Centres de Formation d’Excellence leurs domaines d'expertise pour faciliter de nouvelles collaborations entre les OSC et les Centres de Formation d’Excellence La portée des OSC devrait être élargie pour inclure des professionnels tels que la magistrature, y compris l’Association du Barreau de l’Afrique de l’Ouest etc. et les associations maritimes dans la lutte contre les problèmes de piraterie et des problèmes liés La collaboration entre les OSC et les Etats membres ainsi qu'avec le secteur privé devraient être renforcée aux fins de la paix et de la sécurité Les OSC devraient inclure l’armée et d’autres personnels du secteur de sécurité,et les représentants du gouvernement dans des formations de consolidation de la paix.

[/note]

Source: CNSC Togo

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 868 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire