L’éducation à la citoyenneté vue par la Ministre en charge de l’éducation civique

En juin 2014 le gouvernement togolais avait adopté la politique nationale de l’éducation civique et citoyenne dont la finalité, à écouter la démarche officielle, est d’arriver à opérer des changements de mentalité pour le développement des comportements responsables et citoyens en vue d’éloigner l’incivisme basé sur la violence, la désobéissance, la vengeance, les règlements de compte, la destruction des édifices publics eKouméalot des institutions de l’Etat. Des idéaux fortement évoqués par le parti au pouvoir.
La ministre de la Communication, de la Culture, des Arts et de la Formation Civique, Anaté Kouméalo, chantre de lecture des rapports des conseils des Ministres, a entrepris depuis quelques semaines d’effectuer des tournées de sensibilisation auprès des autorités politiques, administratives, religieuses et traditionnelles, les leaders d’opinion, les enfants, les parents, les responsables du système éducatif afin de préparer le démarrage effectif des campagnes plus ciblées dans le cadre de la mise en œuvre de cette politique nationale de l’éducation civique. Une campagne de préparation qui vient à juste titre parce que le gouvernement dit vouloir entreprendre dans les semaines à venir des sensibilisations en mettant un accent particulier sur les démarches et causeries de masse, de proximité en vue de renforcer l’éducation civique dans les établissements scolaires, les centres de formation, les lieux de travail et culte, etc.
Son action, au cours de cette tournée, a consisté juste à appeler à l’ordre, la discipline, le respect de l’autorité, de la chose publique et des institutions de la République ainsi qu’une exhortation des populations à s’activer pour la reconquête des valeurs culturelles basées sur l’entraide, la tolérance, la solidarité, l’hospitalité, le respect de l’autorité et du bien commun. La tournée n’a couvert pour l’instant que deux préfectures alors qu’elle va s’élargir à toutes les préfectures du pays.
Il reste à donner la bonne information et persuasive à l’autorité pour qu’elle facilite le travail du terrain car la plupart du temps c’est elle qui constitue le blocage des actions des associations qui entreprennent de conscientiser et d’éveiller les consciences des citoyens. Chefs traditionnels, préfets, présidents de délégations spéciales et autres zélés non convaincus et ignorants et tous ceux qui ont quelques bribes d’autorité dans les villages et alentours, sont très souvent mis à contribution pour instaurer à tout prix l’ignorance dans les localités.
L’autre bataille est bien devant à savoir les thématiques à aborder, les acteurs à impliquer et les méthodologies d’intervention car le gouvernement vient de lancer des appels pour que les structures volontaires et agissant dans les domaines d’éducation civique, se fassent enregistrer en vue d’un éventuel démarrage des campagnes de sensibilisation. Il est à craindre qu’à quelques mois de la Présidentielle, des amalgames n’en viennentà être constatés avec les campagnes électorales.
KOFFI

Avatar
A propos Colombo KPAKPABIA 1048 Articles
Colombo Kpakpabia est Directeur de publication du journal Le Temps. Il capitalise plus de 20 ans d'expérience dans la presse écrite et audiovisuelle. Colombo axe son travail sur la recherche et l'efficacité. Contact Email: colombock@gmail.com

Laisser un commentaire