Les enseignants du Primaire s’initient à la pédagogie active

PEDAGOGIE

Cent vingt enseignants et directeurs de l’école d’application de l’Ecole Normale des Instituteurs (ENI) de Notsè et ceux des écoles accueillant des élèves-maîtres stagiaires, dites « écoles associées à l’ENI de Notsè » prennent part à un stage d’initiation à la pédagogie active du 1er au 19 septembre à Notsè.

La pédagogie active est un système d’enseignement où l’enseignant organise la classe de telle que les élèves soient en activités et auteurs de leur propre apprentissage. C’est à cet exercice que le Ministère des Enseignements primaire et secondaire(MEPS), en collaboration avec la Direction des Formations (DF) et le Centre International de formation à la Pédagogie Active (CIPAC) avec le soutien financier de l’UNICEF, ont appelé à suivre les 120 enseignants à quelques semaines de la rentrée scolaire.

Ce stage de formation s’inscrit dans la mise en œuvre du « Projet d’intégration de la Pédagogie Active dans les ENI et les écoles d’application et associées au Togo (PIPAC) » en réponse au besoin de « renforcement de la formation initiale des instituteurs dans les ENI » du Togo. Il est assigné à renforcer les pratiques pédagogiques actives dans l’école d’application de l’ENI de Notsè et dans ses écoles associées puis d’intégrer ces pratiques dans les classes dès la rentrée prochaine pour un meilleur encadrement de futurs élèves-maîtres stagiaires.

Les participants vont se familiariser aux bases théoriques portant sur l’autodétermination, le socioconstructivisme et la problématisation. Ils seront également édifiés sur trois modules dont l’expression-communication-organisation-coopérative, la situation de recherche en mathématiques-sciences et l’étude du milieu.

La méthodologie de formation étant « apprendre en faisant », les bénéficiaires auront les compétences et outils nécessaires pour mettre en pratique les acquis à travers l’élaboration des plans d’action.

La formation vient répondre aux difficultés auxquelles le système éducatif togolais est confronté notamment le taux d’abandon au cycle primaire (23%). C’est un défi pour l’autorité éducative ou le gouvernement d’œuvrer à moderniser et à restructurer le système éducatif à travers la déclaration de la politique sectorielle de l’éducation, le plan sectoriel de l’éducation, l’augmentation des ENI et le recrutement du personnel d’encadrement mais surtout à se conformer aux innovations pédagogiques universelles professionnalisante afin d’améliorer la qualité de l’éducation.

Le Temps/Atop

Avatar
A propos Emilie ORONG 960 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire