Accident du vol AH5017 : l’enquête internationale sera difficile

Le site de l'accident
Le site de l'accident
Le site de l’accident

Les conditions sont maintenant réunies pour le démarrage de l’enquête sur les causes de l’accident du vol d’Air Algérie (AH5017) à bord duquel se trouveraient 118 personnes de 15 nationalités. Les deux boites noires livrées à la France par le Mali (qui a la responsabilité des enquêtes selon les conventions internationales) sont arrivées à Paris. Une équipe d’enquêteurs français a été mise en place. Selon Laurent Fabius, le chef de la diplomatie française qui s’est adressé à la presse ce jour, l’enquête pourrait prendre plusieurs semaines.

Une zone difficile d’accès

Le site de l’accident est situé dans une zone à laquelle on ne peut accéder que par hélicoptère. Gao est la plus grande ville du lieu, à 150 kilomètres environ. Gossi, le village le plus proche du lieu est à environ 40 Km de l’endroit où se trouvent les débris de l’avion accidentés. Il faut environ 45 minutes en hélicoptère à partir de Gao ou deux heures en voiture tout terrain.

Il ne faut pas perdre de vue que la zone est instable, à cause de la guerre civile au nord du Mali. De plus le climat peut être hostile pour les enquêteurs étrangers.

Les pièces de l’enquête difficilement utilisables

Plus difficile encore sera l’usage à faire des débris de l’avion et ceux des corps humains des victimes du crash. A en croire le général Gilbert Diendéré, chef d’état-major particulier de la présidence burkinabé, « Il est aujourd’hui difficile de pouvoir récupérer quoi que ce soit, et même pour les corps des victimes ». 200 militaires français sont actuellement déployés pour assurer la sécurité du site. Ils sont assistés par des forces maliennes et de l’ONU.

Selon des sources françaises, une des boites noires de l’appareil serait endommagée et pratiquement inutilisable.

Une équipe d’enquêteurs internationaux

Outre la France, des experts des pays concernés ou affectés par le crash pourront prendre part à l’enquête. Laurent Fabius a parlé de l’Algérie, de l’Espagne et du Burkina Faso notamment. Les Américains, nationalité du fabricant de l’avion, un McDonnell Douglas MD-83, loué par Air Algérie auprès de la société espagnole SwiftAir auront aussi la possibilité de se joindre à l’enquête.

Selon des spécialistes, la cause la plus plausible de crash du vol AH5017 serait les conditions météorologiques. Mais les thèses sur la question sont parfois contradictoires.

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 881 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire