Trafic d’ivoire: Des tests ADN pratiqués sur les défenses saisies au Togo

Le Togo, plaque tournante du trafic d’ivoire en Afrique: l’image collée au pays suite à des saisies répétitives de défenses d’ivoire dans le pays n’était pas pour plaire aux autorités. Il fallait prendre des mesures pour démontrer la volonté politique à combattre le phénomène. La trouvaille semble plutôt surprenante.ivoiretogo

C’est le magazine français le point qui donne l’information sur laquelle les responsables au Togo ne communiquaient pas: le se livre à des tests ADN sur les défenses saisies dans le port de Lomé pour coordonner la lutte contre le trafic avec les pays d’origine des éléphants braconnés et enrayer un fléau qui menace à terme l’espèce.

Environ 4.556 tonnes d’ivoire ont été confisquées entre août 2013 et janvier 2014 et 18 personnes ont été arrêtées, selon le ministre de la Sécurité et de la protection civile, le colonel Yark Damehame, cité par le magazine.

On se rappelle que les 23 et 29 Janvier, la police togolaise avait saisi 3814 tonnes d’ivoire dans des conteneurs en partance pour le Vietnam.

Pourquoi le Togo?

On ignore pour le moment les résultats des test. Mais il est curieux de constater que c’est le port du petit pays que les trafiquants d’ivoire ont choisi pour leur business. Y a-t-il des complicités locales et quels sont les résultats des enquêtes promises par les autorités? Difficile de répondre pour l’instant à ces questions.

Des confidences sont faites à la presse internationale, notamment par le commissaire de police Charles Minpame Bolenga, qui dirige le bureau d’Interpol à Lomé:

« Des tests ADN ont été effectués du 27 février au 8 mars sur un échantillon de 200 défenses des stocks saisis en 2013 et en 2014, par une équipe locale de spécialistes, appuyée par des experts venus du siège d’Interpol ».

Le Togo s’entoure de précaution pour rassurer. Ainsi apprend-on que des analyses sont effectuées dans un laboratoire à Washington sur la base des tests ADN effectués à Lomé.  Les  résultats doivent permettre à la police togolaise de connaître l’origine de ces défenses ainsi que l’âge des éléphants tués.

Le Temps

[socialpoll id= »2205595″]

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 856 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire