L’actualité vue par Le Temps du Togo

Angola : Filomeno dos Santos incarcéré pour corruption

Le fils de l'ex-président angolais Jose Eduardo dos Santos, Jose…

Le Burkina bombarde Bana avec des moustiques génétiquement modifiés

Dix mille moustiques mâles génétiquement modifiés ont été introduits à…

Liberia : Disparition de "conteneurs" de billets de banque

Cent millions de dollars, destinés à la Banque centrale du…

Vienne: Aussitôt son brevet de pilotage, meurt dans le crash…

Un avion de tourisme, piloté par un jeune de 20…

CILSS : Les Etats veulent renforcer la lutte contre la chenille…

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans…

RDC : Journalistes licenciés pour avoir couvert la conférence d’un opposant

Une ONG congolaise dénonce le licenciement de deux journalistes de…

Opic : Nouvelle enveloppe pour financer des projets en Afrique

L’agence américaine Overseas Private Investment Corporation, Opic, a approuvé une…

Le parquet ivoirien recherche "des dizaines de milliards" détournés

La haute autorité pour la bonne gouvernance a saisi le…

La Chine envisage son entrée dans le capital de Asky…

Le Fonds de développement Chine-Afrique (CAD-Fund) s’intéresse à Asky Airlines,…

Suppression de l’aide à la presse : "presse morte" maintenue en…

Les patrons de presse veulent protester en Côte-d'Ivoire contre la…

Participation des FAT aux opérations de maintien de la paix

Les Forces Armées Togolaises, FAT, ont organisé une journée d’information…

La Maison familiale de formation rurale se mue en Association

La Maison familiale de formation rurale rouvre à Manga avec…

William Gomis, ex-joueur de Saint-Etienne, tué dans une fusillade

Les dirigeants et joueurs de l’As Saint-Etienne sont profondément affectés…

Nigeria: une explosion de gaz fait plusieurs morts

Une explosion de gaz suivie d’un incendie a tué plusieurs…

La commune de Tsévié célèbre le mois de l’état civil

La mairie de Tsévié célèbre en partenariat avec le Service…

Ghana: Yahsat lance son service internet à haut débit par…

Le fournisseur de connectivité par satellite, Yahsat, a officiellement lancé…

Sénégal: la BOAD subventionne la construction d’infrastructures scolaires

Le Sénégal projette de construire cinq cent salles de classe…

Arrêté pour avoir comparé les Kenyans à des singes

Un homme d'affaires chinois a été arrêté au Kenya après…

RDC : Militants de Lucha libérés après deux jours de détention

Les sept militants de Lucha (Lutte pour le changement), arrêtés…

Transhumance : La campagne 2018 n’a enregistré aucune mort d’homme

Le Comité National de Transhumance (CNT) a tenu ses assises…

Ouganda : Les autorités interdisent un festival qui célébrerait l'homosexualité

Les autorités en Ouganda ont interdit un des plus importants…

RDC: Officiers arrêtés pour n'avoir pas empêché Lucha de manifester

Deux officiers de la police, accusés de n'avoir pas empêché…

RDC: libération du journaliste Tusenge Sebazungu contre rançon

Une organisation de défense de la presse annonce la libération…

Chine : 60 milliards de dollars au développement de l'Afrique

La Chine va consacrer soixante milliards de dollars supplémentaires au…

Hama: Un hebdomadaire tchadien suspendu pour "fausses informations"

Al-Chahed, un hebdomadaire tchadien, a été suspendu trois mois pour…

Bénin : Sanctions envisagées pour les footballeurs mentant sur leur âge

Bénin, le nouveau président de la fédération de football promet…

PPT : Carlos Kétohou passe les charges à Isidore Akollor

Le Patronat de la Presse Togolaise, PPT, a renouvelé son…

L’Université de Kara ouvre un master en planification de développement

L’Université de Kara va ouvrir cette année un programme de…

Les radios rurales du Togo souhaitent la performance

Les radios rurales du Togo sollicitent l’appui du gouvernement et…

Santé : Cas de cataractes pris en charge dans le Tchamba

Une opération chirurgicale foraine de la cataracte s'est déroulée du…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Gerry Taama tombe les masques

Bas les masques chez Gerry Taama ! Alors que le scrutin présidentiel entre dans une suite de controverses à propos de la vérité des urnes, c’est le moment choisi par le lieutenant Gerry Komandega Taama pour s’illustrer de la plus triste manière par une de ces déclarations à l’emporte-pièce dont il est coutumier, où le franc-parler confine à la bêtise.

Suppression du droit de contester

L’ex-lieutenant des forces armées togolaises- il a démissionné au bout de cinq ans de service, conteste la contestation des résultats de la présidentielle par le candidat de l’ADDI et le favori de l’opposition, Jean-Pierre Fabre du CAP 2015.

Pour lui, «l’époque de la contestation électorale est révolue» sans révéler pour autant si s’ouvre devant lui l’ère des hommes politiques complices et accepteurs de la fraude électorale.

Attendons la proclamation des résultats par la Céni, seule habilitée. Évitons les tendances inventées et protégeons la paix sociale. L’époque de la contestation électorale est révolue, a  affirmé le président du NET.

Cette déclaration intervient à la suite d’un communiqué du candidat du CAP 2015 dans lequel il dénonce de graves et scandaleuses irrégularités pendant et après le vote. Le cas de la Binah est hautement symbolique où l’on a vu toute le corps électoral de la circonscription faire une participation à 100%, y compris les morts et les mineurs, mais surtout 1220 autres électeurs supplémentaires. Un autre cas dans le Dankpen où les résultats ont été foncièrement fabriqués, 320 voix pour le candidat Faure Gnassingbé et 20 points pour Jean-Pierre Fabre sans que dans l’urne il y eut des bulletins votés Fabre !

C’est cette contestation de la fraude que rejette Gerry Taama. Ce qui lui a valu une volée de noms d’oiseaux sur les réseaux sociaux où l’on n’a pas hésité de le taxer de rouler pour le pouvoir UNIR.

Le leader  du NET est allergique à la transparence. A la veille de la présidentielle, quand la  question de l’utilisation du dispositif de transmission électronique et de validation des résultats, s’est posée, Gerry Taama renvoie dos à dos le pouvoir et le CAP 2015, comme s’il n’était pas lui-même concerné par la transparence du vote. Et tard la nuit, il crée la surprise en signant un accord privilégiant uniquement les procès-verbaux issus des bureaux de vote comme seul mode de traitement et de validation des résultats.

Contradictoire ? Versatile ? En réalité, ce sous-officier est coutumier de ces déclarations que lui-même considère comme un franc-parler qui flirte avec un cynisme qui est en réalité plutôt affairisme et carriérisme en politique. La classe politique est tombée si bas qu’un ancien officier des FAT, crédité de 1% des voix, soit encore moins que les bulletins nuls, peut se permettre de faire du bizness quand l’objectif est de bouter hors du pouvoir un système presque cinquantenaire.

Son argument principal pour se présenter à la présidentielle est d’ordre pécuniaire : « l’argument financier est motivant », écrit-il sur sa page Facebook. Sans honte.

Une considération qui montre le peu de cas qu’il fait du devenir de ces concitoyens qui croupissent dans la misère crasse dont est responsable le régime d’Eyadema et fils. Alors que le processus démocratique a ruiné les hommes politiques togolais, Gerry Taama a fait de très bonnes affaires au cours d’une seule présidentielle en devenant multimillionnaire. Il a reçu 80 millions sur une allocation de 120 millions attribués à chaque candidat et bénéficié de 72 millions  pour la surveillance des bureaux de vote dans lesquels l’absence de ses délégués était criarde.

Tirer son épingle du jeu

En se mettant du côté des oppresseurs, Gerry Taama se comporte en réalité comme tout bon militaire togolais instruit. Dans une situation de crise, le réflexe d’un officier togolais instruit est de tirer son épingle du jeu, trouver son salut personnel.

En 2005, à la veille de la présidentielle chaotique du 4 avril, le chef d’escadron Akila-Esso Boko, ministre de la sécurité, démissionne en dénonçant les massacres en perspective pendant et après le scrutin. Il se fait exfiltrer par une puissance étrangère et part en « exil » en France.

Comment l’homme qui a la mainmise sur les services de renseignements et est informé de tout ce qui se passait dans le pays, n’a-t-il pas eu le courage de dénoncer publiquement ceux qui allaient perpétrer les massacres, du moins essayer de les arrêter ? C’est tout simplement par peur pour sa vie. Par couardise. S’il avait été moins lâche et pensé moins  à sa misérable, il aurait pu sauver des centaines de Togolais de la mort et éviterait au pays de connaître le destin qu’il subit avec la camarilla au pouvoir.

Aujourd’hui François Akila-Esso Boko exerce dans un cabinet d’avocat à Paris, et …il traite des dossiers du Togo. Exemple : un conflit entre l’ex Sotoco et un fournisseur allemand.

Il a passé la main à Gerry Taama. Ce dernier, alors que le Togo risque d’entrer à nouveau dans une crise post-électorale grave, vient d’abandonner ses concitoyens et en prenant le parti de Faure Gnassingbé.

2656 Vues totales 2 Vues ce jour
(Visited 51 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter