Braquage de l’aéroport : Sanctions disciplinaires pour une vingtaine de bérets verts

 braquage aéroport international de Lomé

Une vingtaine de bérets du Groupe d’Intervention Léger Anti-Terroriste (GILAT), une unité militaire en faction à l’aéroport de Lomé, ont été interpellés d’après notre confrère Koaci.com. Ces fameux pigeons verts, du corps de la garde présidentielle, feraient l’objet de sanctions disciplinaires.

Aucune communication officielle sur un éventuel lien avec le braquage du 28 septembre dernier qui a eu lieu au sein du parking de l’aéroport international  Gnassingbe Eyadema. Si cette unité était vraiment opérationnelle, elle aurait dû effectivement intervenir lors de ce braquage qui a duré plus d’une vingtaine de minutes selon les témoins.

Mais dans ce cas, pourquoi interpeller toute l’unité du GILAT en faction et non son commandant ou son adjoint ?

Les braqueurs ont emporté 5. 526.691 dollars US et 411.100 euros soit environ 3 milliards de FCFA, appartenant à un commerçant en  partance pour la Chine.

Le braquage a fait deux morts, un gendarme et un prêtre de l’église du christianisme céleste, et une demi-douzaine de blessés.

Avatar
A propos Komi Dovlovi 799 Articles
Journaliste chroniqueur, Komi Dovlovi collabore au journal Le Temps depuis sa création en 1999. Il s'occupe de politique et d'actualité africaine. Son travail est axé sur la recherche et l'analyse, en conjonction avec les grands  développements au Togo et sur le continent.

Laisser un commentaire