L’actualité vue par Le Temps du Togo

Liberia : Disparition de "conteneurs" de billets de banque

Cent millions de dollars, destinés à la Banque centrale du…

Vienne: Aussitôt son brevet de pilotage, meurt dans le crash…

Un avion de tourisme, piloté par un jeune de 20…

CILSS : Les Etats veulent renforcer la lutte contre la chenille…

Le Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans…

RDC : Journalistes licenciés pour avoir couvert la conférence d’un opposant

Une ONG congolaise dénonce le licenciement de deux journalistes de…

Opic : Nouvelle enveloppe pour financer des projets en Afrique

L’agence américaine Overseas Private Investment Corporation, Opic, a approuvé une…

Le parquet ivoirien recherche "des dizaines de milliards" détournés

La haute autorité pour la bonne gouvernance a saisi le…

La Chine envisage son entrée dans le capital de Asky…

Le Fonds de développement Chine-Afrique (CAD-Fund) s’intéresse à Asky Airlines,…

Suppression de l’aide à la presse : "presse morte" maintenue en…

Les patrons de presse veulent protester en Côte-d'Ivoire contre la…

Participation des FAT aux opérations de maintien de la paix

Les Forces Armées Togolaises, FAT, ont organisé une journée d’information…

La Maison familiale de formation rurale se mue en Association

La Maison familiale de formation rurale rouvre à Manga avec…

William Gomis, ex-joueur de Saint-Etienne, tué dans une fusillade

Les dirigeants et joueurs de l’As Saint-Etienne sont profondément affectés…

Nigeria: une explosion de gaz fait plusieurs morts

Une explosion de gaz suivie d’un incendie a tué plusieurs…

La commune de Tsévié célèbre le mois de l’état civil

La mairie de Tsévié célèbre en partenariat avec le Service…

Ghana: Yahsat lance son service internet à haut débit par…

Le fournisseur de connectivité par satellite, Yahsat, a officiellement lancé…

Sénégal: la BOAD subventionne la construction d’infrastructures scolaires

Le Sénégal projette de construire cinq cent salles de classe…

Arrêté pour avoir comparé les Kenyans à des singes

Un homme d'affaires chinois a été arrêté au Kenya après…

RDC : Militants de Lucha libérés après deux jours de détention

Les sept militants de Lucha (Lutte pour le changement), arrêtés…

Transhumance : La campagne 2018 n’a enregistré aucune mort d’homme

Le Comité National de Transhumance (CNT) a tenu ses assises…

Ouganda : Les autorités interdisent un festival qui célébrerait l'homosexualité

Les autorités en Ouganda ont interdit un des plus importants…

RDC: Officiers arrêtés pour n'avoir pas empêché Lucha de manifester

Deux officiers de la police, accusés de n'avoir pas empêché…

RDC: libération du journaliste Tusenge Sebazungu contre rançon

Une organisation de défense de la presse annonce la libération…

Chine : 60 milliards de dollars au développement de l'Afrique

La Chine va consacrer soixante milliards de dollars supplémentaires au…

Hama: Un hebdomadaire tchadien suspendu pour "fausses informations"

Al-Chahed, un hebdomadaire tchadien, a été suspendu trois mois pour…

Bénin : Sanctions envisagées pour les footballeurs mentant sur leur âge

Bénin, le nouveau président de la fédération de football promet…

PPT : Carlos Kétohou passe les charges à Isidore Akollor

Le Patronat de la Presse Togolaise, PPT, a renouvelé son…

L’Université de Kara ouvre un master en planification de développement

L’Université de Kara va ouvrir cette année un programme de…

Les radios rurales du Togo souhaitent la performance

Les radios rurales du Togo sollicitent l’appui du gouvernement et…

Santé : Cas de cataractes pris en charge dans le Tchamba

Une opération chirurgicale foraine de la cataracte s'est déroulée du…

Ghana : les déchets électroniques passeront à l’usine

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a annoncé mercredi la…

Niger : Trois activistes société civile interdits de séjour à Agadez

Venus en séjour à Agadez, trois activistes nigériens, n’ont pu…

«
»
TwitterFacebookGoogle+

Mawuli Couchoro, enseignant à l’Université de Lomé, se défend d’être encarté au Parti des Togolais

Mawuli Couchoro est le fils de l’écrivain Félix Couchoro. Il est économiste, enseignant-chercheur aux universités de Lomé et de Kara, et fait partie de cette nouvelle génération d’enseignants  togolais dans les facultés de droit, d’économie et de lettres modernes, qui font la différence dans un milieu universitaire réputé pour être peu crédible. Il faut noter qu’il y a très peu d’esprits brillants parmi les enseignants des universités du Togo,  tel que le pays en a connu dans les années qui ont précédé les manifestations du 05 octobre.[amazon template=banner easy]

Le 1er août dernier, Mawuli Couchoro était de passage au 1er congrès ordinaire du Parti des Togolais, le tout nouveau né sur la scène politique. Il était invité en tant que personne ressource pour faire une présentation de l’économie togolaise, histoire d’éclairer  la lanterne des militants de ce parti sur les ressorts de l’économie sous-développée du Togo.

Pour ménager son agenda, M. Mawuli Couchoro a été le premier intervenant dès le discours d’ouverture de la présidente du Congrès. La présentation, sur PowerPoint, a duré  30 minutes, d’une rare objectivité et sur un ton neutre, notant au passage que le Togo connait depuis quelques années une phase ascendante, avec une croissance continue, qui ne réduit pas pour autant la pauvreté estimée à 60% sur l’ensemble du territoire et persistante à plus de 90% dans la Région de la Savane. Cette croissance continue, 5-6% « dénote au passage que la crise politique n’explique pas totalement la cause de la méforme de l’économie des années précédente« , avait-t-il affirmé.

Le présentateur quitta la conférence tout juste après sa présentation, les congressistes n’eurent même pas le temps d’échanger avec lui.  Les dirigeants du Parti des Togolais ont compris très vite les précautions de l’enseignant, qui évitait ainsi de se faire étiqueter.

Superflue précaution qui n’a pas suffi. L’enseignant-chercheur a des ennuis depuis cette furtive apparition au congrès du Parti des Togolais, au point de s’expliquer sur sa page Facebook.

Je suis membre du Syndicat des Enseignants du Supérieur du Togo (SEST), affilié à la CSTT et à la CSI-Afrique. Je ne suis membre d’aucun parti politique au Togo et encore moins du nouveau né des partis politiques au Togo.
J’ai été sollicité, pour ce qui concerne le dernier né des partis politiques au Togo, pour présenter de façon neutre l’économie togolaise lors de leur congrès il y a de cela un mois. En aucun moment, je n’ai participé à la création d’aucun parti au Togo; je ne suis cadre et encore moins militant d’aucun parti dans mon pays.
Commentaire: Même si j’étais du nouveau des partis politiques au Togo, je ne comprends pas pourquoi cela doit faire l’objet de tant d’acharnements même jusqu’à mon service, l’université. Il me semble, bien entendu que je suis fils de ce pays, et qu’à ce titre j’ai le plein droit d’appartenance ou non à une organisation politique. La question qui me taraude est la suivante : pourquoi le simple fait de s’afficher avec un homme politique à l’écran pose tant de polémiques?, s’interroge l’universitaire.

Le harcèlement moral dont est victime M. Mawuli Couchoro s’explique par la peur du pouvoir de voir des personnes de la classe moyenne et donc des intellectuels rejoindre un parti qui suscite la peur dans le camp du pouvoir. L’ANC a réussi à se ringardiser en étant devenu un parti de ce qu’il faut appeler le lumpenprolétariat, des taxis-motos, et la classe moyenne, surtout les membres des professions libérales, fer de lance de la lutte démocratique, a déserté les partis politiques.  Seul UNIR, le parti au pouvoir, réussit à coopter des leaders de la classe moyenne grâce à sa puissance financière mais aussi les tremplins de carrière qu’il offre dans un pays où il devient de plus en difficile de faire carrière dans l’administration sans être membre du parti qui régente le destin du Togo depuis 50 ans. Les fonctionnaires qui font montre d’un activisme politique contre le parti au pouvoir sont souvent victimes de certaines tracasseries de toute sorte, dont les affectations intempestives et abusives.

La peur du nouveau parti s’explique également par les attaques répétées et les peaux de bananes dont il a été victime depuis sa création. Le Parti des Togolais a organisé l’apothéose de son congrès au Stade de Kégué ; des milliers de spectateurs (15.000) sont invités pour un concert gratuit où Alberto Olympio, le président du Parti devrait faire son discours d’investiture.

Couchoro Mawuli

L’organisation du concert gratuit  a créé la panique dans le camp du pouvoir où l’on a pris des mesures hallucinantes  pour décourager cette initiative audacieuse : coupure de courant pendant toute la durée du congrès, laissant les congressistes et les milliers de spectateurs dans l’obscurité totale. Pis, les bus transportant les spectateurs ont refusé d’exécuter le contrat de trois voyages. Les sociétés de sécurité et de gardiennage ont décliné les services demandés. Le Parti des Togolais a dû recourir à des clubs se karaté pour avoir des personnes chargées de la sécurité du stade.

Le Parti des Togolais est dirigé par Alberto Olympio, fondateur de la société informatique Axxend, présente dans 15 pays d’Afrique et qui a réalisé 35 milliards CFA de chiffres d’affaires en 2013. Ancien de Microsoft, Alberto Olympio ringardise la classe politique par son discours rassembleur et pragmatique. Il est le premier des hommes politiques togolais à avoir un livre où il expose son projet de société pour le Togo.

4668 Vues totales 2 Vues ce jour
(Visited 430 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Newsletter