Côte d’Ivoire: don de 46,2 millions $ de la BAD pour la paix et la cohésion sociale

(Agence Ecofin) – La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé, le 16 juin, avoir accordé à la Côte d’Ivoire un don de 46,22 millions de dollars  destiné à appuyer un programme d’appui à l’inclusion et à la cohésion sociale sur la période 2014 et 2015.

Ce don du Fonds africain de développement (FAD) servira notamment à renforcer les capacités institutionnelles du Comité Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), mis en place pour sceller la réconciliation entre les principaux acteurs  de la crise socio-politique qui a marqué la période 2002 à 2011, du  Programme national de cohésion Sociale (PNCS) et de l’Observatoire de la solidarité et la cohésion sociale (OSCS).  Il appuiera aussi la mise en place d’outils d’observation et de systèmes d’alerte précoce sur les enjeux de cohésion sociale et renforcera la coordination des politiques et autres actions engagées en matière de cohésion sociale, tout en en renforçant la transparence.[amazon template=banner easy]

Le gouvernement ivoirien a lancé un vaste programme d’appui à l’inclusion et à la cohésion sociale qui a pour objectif de s’attaquer aux conséquences les plus néfastes  de la crise socio-politique qu’a connue le pays, dont notamment l’insertion socio-économique des ex-combattants et la prise en charge des victimes. Ce  programme favorisera l’insertion sociale et économique de quelque 15 500 anciens combattants, dont 2 000 sont des femmes.

Le programme permettra aussi, au plan foncier, la délimitation de 1761 terres rurales sur lesquelles vivent 3,5 millions habitants en vue de contribuera à apaiser le climat social et à favoriser l’esprit du «vivre ensemble».

Le programme aura également un impact significatif sur l’environnement, grâce à un volet de collecte et de recyclage des déchets plastiques non biodégradables.

Le programme d’appui à l’inclusion et à la cohésion sociale a été préparé par le gouvernement ivoirien en partenariat avec les représentants de la société civile, du secteur privé et des principaux partenaires au développement, comme l’Union européenne, les Nation unies,  le Japon et la Banque mondiale.

Soyez le premier à commenter

Votre avis sur cet article