Cameroun : Un leader séparatiste anglophone en prison victime de “traitement dégradant”

Une figure du mouvement séparatiste anglophone camerounais, Blaise Sevidzem Berinyuy, dit Shu Fai, a “subi un traitement dégradant” à l’hôpital où il avait été transféré depuis la prison où il est détenu, affirme l’ONG Human Rights Watch (HRW) vendredi.

Condamné à la prison à vie en août 2019 pour terrorisme, rébellion et sécession par un tribunal militaire, Shu Fai a été transféré à l’hôpital le 16 mai avant d’être de nouveau incarcéré le 21 mai “malgré un état de santé critique”, ajoute HRW dans un communiqué.

Un des leaders des séparatistes anglophones qui s’opposent depuis trois ans au gouvernement dans un conflit qui a fait 3.000 morts dont de nombreux civils dans les régions anglophones de l’Ouest du Cameroun, Blaise Sevidzem Berinyuy a été arrêté avec neuf autres figures du mouvement au Nigeria en janvier 2018.

M. Berinyuy se plaint de “douleurs à la poitrine à la suite d’une empoignade qu’il a subie de la part des gardiens de prison qui l’ont attaché à son lit de malade avec des menottes”, a affirmé à l’AFP un de ses avocats, Me Nicodemus Amungwa. Selon cet avocat, le prisonnier a accusé le responsable de la prison d’avoir ordonné cet enchaînement.

“Au moment où les autorités luttent contre la pandémie de Covid-19, elles devraient veiller à ce que tous les détenus puissent bénéficier des mesures telles que se laver régulièrement les mains et un accès adéquat aux soins médicaux”, demande HRW. Avec 4.400 cas détectés du nouveau coronavirus, le Cameroun est l’un des pays les plus touchés d’Afrique subsaharienne?

le temps avec afp

Avatar
A propos Omaboe Akpovi 1057 Articles
Journaliste Reporter, 7 ans d'expérience. Couvre l'actualité nationale et les reportages sociaux, culturels, ainsi que les événements de la la société civile. Passionné de lecture et des médias sociaux.

Laisser un commentaire