Préfecture de Kpélé : Armé d’une machette, un bouvier a tranché la main d’un paysan

A Adéta, chef-lieu de la préfecture de Kpéle-Adeta, un bouvier d’origine peuhle a coupé le bras à un paysan de la localité au cours d’une rixe.

Les images horribles, intenables, d’une tranche  d’un avant-bras et d’un paysan dans un lit d’hôpital avec un moignon du bras, circulent sur les réseaux sociaux. D’après plusieurs sources, la scène s’est produite à Adeta au cours de cette semaine du 3 au 9 février,  soit lundi ou mardi. Il n’y pas de précision sur le jour exact, mais la survenue de l’incident est confirmée.

Selon notre source, au cours d’une rixe entre un bouvier peuhl et un paysan de la localité, ce dernier a eu le bras coupé et est actuellement en soin dans un hôpital de la préfecture. Le bouvier armé d’une machette voulait couper la tête du paysan d’Adeta et c’est en essayant de parer le coup avec le bras que ce dernier a eu le bras arraché.

Un policier arrivé au secours du paysan et qui a tenté d’interpeler le bouvier aurait été attaqué et blessé au niveau de la tête. Selon un témoignage, le policier qui portait un casque serait blessé au niveau du nez…par la machette.

Selon un habitant d’Adeta, les conflits sont récurrents entre les pasteurs nomades peuhls et les populations locales, à cause du saccage des plantations par les animaux transhumants. Et généralement, en cas de conflit, la gendarmerie, laxiste ou manquant de moyens, demande aux plaignants « d’amener eux-mêmes les bouviers ».

Plan opérationnel de la transhumance

La transhumance des pasteurs-bouviers peuhls suscite chaque année des conflits avec les populations autochtones des zones humides du Togo. Les incidents violents sont fréquents avec pertes en vies humaines. Le ministère de l’agriculture et le ministère de la Sécurité ont mis en place des services de surveillance de la transhumance censés prévenir les conflits. Les autorités publiques ont mis en place des couloirs de la transhumance, selon le Plan Opérationnel de Gestion de la Transhumance 2020 que devraient respecter les pasteurs. La campagne nationale de transhumance, qui marque le début de la saison pastorale lancée le 31 janvier 2020, est placée sous le signe d’une gestion apaisée à travers la coexistence pacifique entre les différentes communautés.

Cependant, les populations accusent les autorités locales de laxisme voire de connivence avec les bouviers peuhls. Ces derniers ne seraient  pas inquiétés ni par les pouvoirs publics, surtout la justice. Néanmoins, la survenue de cet incident grave rappelle de douloureux souvenirs aux populations de la zone. Au début des soubresauts démocratiques, des représailles contre les communautés peules ont eu lieu dans la préfecture d’Agou, plus précisément dans le canton d’Adzakpah.

Cet incident, lié à la transhumance, intervient au moment où sept candidats sont en campagne en vue du scrutin présidentiel du 22 février prochain.

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 897 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire