Le Ministre de la sécurité impuissant devant les braquages : les associations des droits humains accusent

Pour la Ligue des consommateurs du Togo (LCT), trois entités portent la responsabilité de l’insécurité grandissante que connaît Lomé et ses environs.

Malgré les discours menaçants du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, les braqueurs semblent plutôt galvanisés. Les braquages sont devenus presque ordinaires. Ces grands bandits opèrent et, généralement, réussissent  à s’évaporer  dans la nature avant l’arrivée des forces de sécurité.

La LCT accuse

Il est risqué aujourd’hui dans le pays de retirer une importante somme à la banque et de circuler ensuite librement avec le magot. Ces dernières semaines, à chaque fois, des individus mal intentionnés parviennent d’une manière ou d’une autre à dépouiller toute personne portant sur elle d’importantes sommes d’argent. Tout porte à croire qu’ils travailleraient en réseau et auraient des ramifications jusque dans les institutions bancaires.

C’est le constat également de la Ligue des consommateurs togolais. Elle « suspecte que des individus ne travaillant pas à la banque soient parfaitement au courant des opérations qu’effectuent les clients, et les braquent, une fois ces opérations faites, en les dépouillant d’importantes sommes d’argent ». Par conséquent, « Elle invite donc les dirigeants des banques à prendre des mesures pour éviter que d’éventuels complices ne puissent se trouver au sein du personnel pour jouer un rôle d’informateurs pour les braqueurs ».

Appel à la démission du gouvernement

Les forces de l’ordre et de sécurité accusées de « défaillance… insupportable » doivent « prendre leurs responsables »,  et aux députés, de « saisir rapidement le ministère en charge de la Sécurité afin qu’il s’explique sur la situation ».

Face à l’insécurité qui a atteint un point de non-retour dans le pays, au Mouvement Martin Luther King (MMLK) on pense que « L’Etat dont la mission régalienne est d’assurer la sécurité et la protection des citoyens a lamentablement failli ». Cette organisation de défense des droits de l’homme appelle à une manifestation le 25 juillet prochain devant le ministère de la Sécurité et de la Protection civile pour exiger la démission du gouvernement « pour haute trahison ».

Chiffres alarmants

Selon les chiffres officiels qui font froid dans le dos, pendant les 6 premiers mois de l’année 2019, il est enregistré 45 braquages, 5 tentatives, soit 6 braquages par mois. Au cours de la même période, 142 millions de FCFA ont été emportés, 4 victimes tuées.

Leurs auteurs seraient des ex-détenus fraîchement sortis de prison, à en croire la version officielle.

« Nous avons déjà rencontré les banques et nous leur avons demandé de collaborer. Elles doivent appeler nos services pour accompagner les clients qui viennent recevoir de grosses sommes d’argent », a déclaré entre-temps M. Damehame. Comment le Général est devenu si impuissant devant les braqueurs ? C’est la question qui taraude les esprits des Togolais.

EKLOU de Badj

Laisser un commentaire