CAN 2019 : Le Cameroun défend son titre contre le Nigeria

Les Lions Indomptables sont parvenus sans briller au second tour. Ils doivent élever leur niveau de jeu face aux Supers Eagles du Nigeria cet après-midi.

Avec une victoire (2-0 contre Guinée Bissau) et deux nuls (0-0) face respectivement au Ghana au Bénin en phase de poules de la CAN 2019, le Cameroun s’est qualifié pour les huitièmes de finale sans briller. Le spectacle offert par le champion en titre au cours de ses trois sorties est ennuyeux, voire terne.

Arrivé sur le banc des Lions Indomptables l’été dernier, accompagné de son compatriote Patrick Kluivert, Clarence Seedorf peine à donner un visage séduisant à sa sélection. Elle se crée parfois des occasions mais n’arrive pas à les concrétiser mais manque, de façon générale, d’inspiration dans les actions offensives.

Copie fade

Le chroniqueur de Radio France Internationale (RFI), l’ex-gardien de but du Cameroun fait une analyse méticuleuse des Lions Indomptables version Seedorf. Il souligne que « Ce n’est vraiment pas très spectaculaire. C’est même lassant, il faut le dire ». Tout en reconnaissant que « c’est efficace, puisque le Cameroun est qualifié pour les huitièmes de finale », il ajoute néanmoins qu’ « on ne peut pas se contenter de cela ». L’équipe manque d’imagination et donne l’impression de ne pas vouloir prendre de risques ou d’initiatives.

Un autre match contre le Nigeria

Les prestations en dessous de la moyenne que livrent le capitaine Eric Maxime Choupo-Moting et ses camarades à cette CAN ne sont pas rassurantes d’autant qu’ils y sont pour défendre leur titre conquis deux ans plus tôt en terre gabonaise. Si certains observateurs expliquent le faible niveau de jeu par le manque d’individualités capables de faire la différence ou de donner le tempo dans les moments cruciaux des rencontres, Joseph Antoine Bell leur riposte que « beaucoup des joueurs présents en Egypte sont champions d’Afrique », ce qui veut dire, martèle-t-il que « la qualité est là ».

Contre les Supers Eagles, en huitième de finale, ce samedi 6 juillet à Alexandrie, les Camerounais doivent montrer un autre visage. Ont-ils les moyens ? Cette sélection « peut et elle doit jouer mieux, car face à une équipe comme le Nigeria, il faudra faire plus notamment offensivement, pour espérer se qualifier », conseille l’ancien gardien de l’Olympique de Marseille.

Quoi qu’on dise, ce match s’annonce comme une finale avant l’heure pour au moins deux raisons : les deux adversaires sont des ogres sur le continent et ont marqué l’histoire de la phase finale de la  CAN. Le Nigeria qui sort d’une humiliante défaite 2-0 contre Madagascar en phase de poules ambitionne de montrer dans quelques heures que cette contre-performance est un accident de parcours.

Les deux adversaires se connaissent bien. En 2000 à Lagos, les Lions Indomptables remportent la CAN 2000  aux tirs au but contre les Supers Eagles. Ceux-ci ont pris leur revanche  en 2004 en quarts de finale. Depuis lors, ils ne se sont plus rencontrés en phase finale de la compétition continentale. Le choc promet donc.

EKLOU de Badj

Laisser un commentaire