Le site d’info TSA bloqué sur le territoire algérien

Le site indépendant d’informations consacré à l’actualité algérienne TSA est inaccessible depuis mercredi sur le territoire algérien, a indiqué jeudi son cofondateur et directeur Lounes Guemache, dénonçant « un acte de censure ».

Le site TSA (Tout sur l’Algérie), qui se présente comme le « premier média francophone algérien sur internet », est particulièrement suivi depuis le début de la contestation contre le régime, reste accessible depuis l’étranger.

« Nous avons contacté Algérie Télécom », opérateur historique et 100% public, « qui a répondu ne pas être concerné par cette affaire alors que le blocage se situe à leur niveau », précise-t-on à la rédaction.

Dans un communiqué, l’ONG de défense de la liberté de la presse Reporters sans Frontières (RSF) « s’interroge sur les raisons de ce blocage et réclame des explications aux autorités algériennes ».

« Le fait que TSA soit bloqué sur le seul territoire algérien laisse à penser à une censure de nature politique vu son ton critique envers les autorités », déclare le directeur du bureau Afrique du Nord de RSF.

M. Guemache a dit ne pas comprendre « ce blocage contre » TSA « qui est indépendant et donne la parole à toutes les parties en Algérie ».

TSA avait été bloqué en octobre et novembre 2017 sur les réseaux internet d’Algérie Télécom et de sa filiale mobile Mobilis.

Dans le dernier classement mondial de la liberté de la presse de RSF, l’Algérie occupe la 136e place sur 180 pays.

A la faveur du mouvement de contestation, une partie des rédactions des médias publics, étroitement contrôlés, ont dénoncé les « pressions » subies de la part de leur hiérarchie et réclament la fin de la « censure ».

Le Temps avec AFP

Avatar
A propos Emilie ORONG 745 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire