Cinq militants zimbabwéens des droits de l’Homme libérés sous caution

Cinq militants zimbabwéens des droits de l’Homme, arrêtés le mois en mai dernier à l’aéroport international d’Harare, ont été libérés sous caution, selon leurs avocats.

« Les cinq défenseurs des droits de l’Homme ont été libérés sous caution par le juge de la Haute Cour », a annoncé le porte-parole de l’association des Avocats du Zimbabwe pour les droits de l’Homme, Kumbirai Mafunda.

Ces militants faisaient partie d’un groupe de sept personnes interpellées fin mai. Vendredi, la justice a entendu la demande de libération conditionnelle de cinq d’entre elles.

Les sept militants, dont des membres de l’organisation Transparency International Zimbabwe, avaient été arrêtés à l’aéroport international de la capitale Harare, au retour d’un voyage aux Maldives. Ils sont poursuivis pour tentative de coup d’Etat, selon leurs avocats.

« Nous accueillons avec satisfaction les conclusions du juge établissant que la police a arrêté les cinq (militants) afin de mener une enquête, au lieu d’enquêter avant de les arrêter comme cela aurait du être le cas », a salué Kumbirai Mafunda, précisant que la caution avait été fixée à 1.000 dollars (888 euros) par personne.

Peu avant l’arrestation de ces militants, le journal d’Etat The Herald avait affirmé qu’un « groupe d’organisations suspectes » liées au principal parti d’opposition, le Mouvement pour le changement démocratique (MDC), travaillait « dur pour installer un début d’instabilité sociale ». L’article ajoutait que certains militants avaient participé à une réunion organisée par une ONG serbe aux Maldives.

Le Temps avec AFP

Avatar
A propos Emilie ORONG 763 Articles
Emilie Orong est une passionnée de l'écriture. Elle a rejoint L'Equipe Le Temps en 2015. Couvre l'actualité nationale en tous genre et a un regard pointu sur l'actualité africaine.

Laisser un commentaire