Deux organisations de la presse renouvellent leurs organes

La semaine a été marquée par la fièvre électorale dans la presse togolaise. Deux associations professionnelles ont renouvelé leurs instances dirigeantes.

Les organisations concernées sont l’Association togolaise des organes de presse privée en ligne (ATOPPEL) et le Syndicat national des journalistes indépendants du Togo (SYNJIT).

Au SYNJIT, Alphonse Ken Logo, le désormais ex-Secrétaire général, a passé la main à son successeur Isidore Kouwonou. C’est à l’issue du congrès statutaire et électif tenu ce samedi au siège de la Confédération syndicale des travailleurs du Togo (CSTT) à Lomé.

Après l’adoption des rapports financiers, moraux et des amendements au statut, les membres ont procédé à l’élection du Secrétaire Général. En lice pour le poste du premier responsable du SYNJIT, Albert Agbeko de la liste « Editoriale, ensemble tout devient possible » a finalement désisté au profit d’Isidore Kouwonou.

Ididore Kouwonou

C’est donc sans surprise que ce dernier a été plébiscité à 92,5% des voix. « Il faut que nous nous remobilisons pour que la convention collective soit une réalité », a déclaré Isidore Kouwonou. Pour le nouveau Secrétaire Général, cette mobilisation doit se faire sans exclusion. C’est pourquoi, il a exhorté ses camarades à œuvrer ensemble pour les défis qui attendent leur organisation commune. Parmi ces défis, il y a  celui que tous les membres attendent. Il s’agit de l’adoption de la convention collective. Pour y arriver, Isidore Kouwonou, de la liste « Un syndicat solidaire pour des journalistes jamais solitaires » promet à travers  une feuille de route faire adhérer les patrons de presse à la signature de la convention collective.

La convention collective est le thème de campagne des deux candidats. Au SYNJIT, les journalistes entendent la mise en œuvre de cette convention collective afin que leurs conditions de vie et de travail soient améliorées. Mais les patrons de presse sont réticents pour que la  convention collective soit traduite dans les faits. Pour le nouveau Secrétaire Général, sa démarche ne consistera pas à contraindre les directeurs de publication mais à les amener progressivement à la mise en œuvre de la convention collective.

En invitant ses camarades à l’unisson autour de leur objectif commun, Isidore Kouwonou a souligné qu’il ne s’agit surtout pas de voir la victoire d’un camp sur l’autre. « C’est le Synjit qui gagne », a-t-il indiqué. C’est ainsi qu’il a tendu le bras à son adversaire Albert Agbeko en l’invitant à travailler ensemble pour le bien du syndicat. Mais avant la mise en œuvre du programme pour lequel il est élu, le Secrétaire Général, a beaucoup insisté sur la mobilisation comme l’indique le thème du congrès statutaire et électif : « Remobilisons-nous pour une adoption de la convention collective de la presse ».

Hélène Doubidji

Bien avant le renouvellement du bureau du SYNJIT, c’est la presse en ligne qui était en assemblée générale élective ce vendredi. A l’issue du vote c’est Mme Hélène Doubidji qui est portée à la tête de l’Association togolaise des organes de presse privée en ligne (ATOPEL). Elle est élue pour un mandat de deux (02) ans. « Cette victoire n’est pas celle de notre liste mais celle de l’Atopel et de tous ses membres. Elle n’est pas une fin en soi mais le début d’une nouvelle ère de professionnalisme et d’émergence pour la presse privée en ligne », a-t-elle déclaré.  Consciente de la tâche qui l’attend, elle a exhorté ses confrères et consœurs à mettre la main à la pâte. « Nous avons donc besoin de tous pour mener à bien notre mission, dont nous sommes conscients qu’elle ne sera pas facile », a indiqué Mme Hélène Doubidji.

EKLOU de Badj

Avatar
A propos Rédaction Le Temps 865 Articles
La Rédaction Le Temps. Une équipe dévouée de journalistes professionnels. Depuis 1999, nous servons à nos lecteurs des informations et analyses de qualités. Notre ligne éditoriale est conforme aux intérêts supérieurs du Togo. Contact: togoletemps@gmail.com/admin@letempstg.com

Laisser un commentaire