Canal+ condamnée pour un « éloge appuyé » du Togo

Vincent Bolloré, PDG de Canal+

La chaîne française Canal+ a été condamnée par le CSA, le gendarme de l’audiovisuel, pour un « éloge appuyé » de la politique économique du Togo.

Le 22 décembre 2017 à 7 heures, Canal+ avait diffusé une vidéo sans titre et sans signature qui faisait « un éloge appuyé de la politique économique menée par le gouvernement d’un Etat africain, en mentionnant sa stabilité politique », selon le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA, autorité de régulation de l’audiovisuel).

« Aucun élément de contexte ni aucune information sur l’origine de ces images n’a été fourni aux téléspectateurs », relève le CSA dans sa décision. Les sages rappellent à Canal+ « l’exigence d’honnêteté qui s’applique à l’ensemble de ses programmes ».

Ce message du CSA devra être « clairement lu par un présentateur en plateau une fois, hors week-end », sur Canal+ dans les huit jours suivant la notification de la décision, souligne le Conseil.

« Aujourd’hui, un pays est regardé avec beaucoup d’attention pour son engagement: le Togo », disait une voix off dans la courte vidéo mise en cause (« sur fond de plusieurs images issues de la communication institutionnelle de cet Etat », précise le CSA).

La vidéo, repérée par le site « Les Jours », vantait un « pays stable et disposant d’infrastructures modernes ». « C’est le pari du président togolais Faure Gnassingbé, un pari reconnu aujourd’hui par les plus grands experts », poursuivait la voix off avec, à l’appui, des images du président français Emmanuel Macron avec Faure Gnassingbé.

L’ONG Reporters sans frontières s’était par ailleurs inquiétée fin 2017 d’un « cas de censure » concernant le Togo sur Canal+.

Après avoir été diffusé sur Canal+ dans le cadre de l’émission « L’Effet papillon », un reportage consacré à des manifestations qui se multipliaient au Togo contre le président avait été supprimé sans explication des plateformes de replay de la chaîne.

Le Temps avec AFP

Soyez le premier à commenter

Vos commentaires sur l'article